Kumi Naidoo, directeur de Greenpeace International écrit à Mark Zuckerberg: “vous devez vous débarasser du charbon!”

Depuis le mois de mars 2010, Greenpeace tire la sonnette d’alarme auprès des grands noms de l’informatique et des nouvelles technologies sur les émissions de carbone importante de ce secteur. Aujourd’hui, Kumi Naidoo, directeur exécutif de Greenpeace international, interpelle directement Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, sur la nécessité pour l’entreprise, qui connecte des millions de gens, d’être exemplaire.

Comme le montre le rapport Greenpeace, “Le cloud computing et sa contribution au dérèglement climatique” (en anglais), les grandes fermes de serveurs et les infrastructures de transport de données entrainent une consommation excessive d’énergie à base de charbon et de nucléaire.

Greenpeace appelle donc les grandes entreprises du secteur à lier respect de l’environnement et efficacité énergétique en accordant une plus grande part aux énergies renouvelables dans les plans de construction des futurs centres de stockage de données. Une exigence d’autant plus nécessaire que la consommation des datacenters ne cesse de progresser avec l’essor de l’informatique dans les nuages.

Selon les estimations du rapport Smart 2020, les centres de données et les réseaux télécom consommeront 1 963 milliards kWh d’électricité d’ici à dix ans. Soit le triple de leur consommation actuelle et plus que celle de la France, de l’Allemagne, du Canada et du Brésil réunis !

Facebook doit refuser la dictature des énergies sales !

En Janvier dernier, Facebook annoncait la construction d’un data center à Prineville, dans l’Oregon, dont la principale source d’alimentation en énergie seraient des centrales à charbon.
Greenpeace International a réagi à cette annonce, créant, sur Facebook un groupe : We want facebook to use 100% renewable energy pour signifier aux administrateurs et dirigeants du réseau social que les utilisateurs ne voulaient pas utiliser de charbon. Ce groupe s’est enrichit de nouveaux membres, venant du monde entier, au fil du mois, et regroupe aujourd’hui près de 300 000 membres.

Dans une lettre envoyée aujourd’hui, Kumi Naidoo, directeur exécutif de Greenpeace International demande à Mark Zuckerberg de prendre ses responsabilités face à la croissance exponentielle de l’empreinte carbone de son entreprise et d’agir en leader du secteur IT sur le dossier climatique !

Car le climat est le point d’orgue du Cool IT challenge, une campagne qui encourage les entreprises du secteur de l’informatique et des nouvelles technologies à utiliser leur savoir faire et leur audace en matière d’innovations technologiques pour contribuer à résoudre la crise climatique.

lire l’intégrale de la lettre de Kumi Naidoo à Mark Zuckerberg (en anglais)

Vos commentaires

Poster un commentaire

10 commentaires pour « Kumi Naidoo, directeur de Greenpeace International écrit à Mark Zuckerberg: "vous devez vous débarasser du charbon!" »

Il faut utiliser les énergies propres, et d'autant plus quand on est un si gros consommateur. Entreprises citoyennes !

Energies propres

Et les chemtrails ? Ils nous balancent des particules d'oxyde d'aluminium et de baryum au dessus de nos tetes partout dans le monde et le phénomène s'accélère... Beacoup d'aveugles et d'ignorants...Trop peu d'actions.
Levez les yeux regardez les quadrillages.
J'ai de plus en plus l'impression que les ONG sont "infiltrées" et ne sont là que pour "penser une jambe de bois".
Merci pour les gens intègres.
Love & Light

Il faut une vraie conscience politique, je me demande ce que représente en termes d'émission l'entreprise google

Qu' est ce qu'un chemtrail ahc ?

"Débarrasser" prend 2 r
Sinon bien comme action
et à poursuivre avec Google, Youtube, Dailymotion ...

Et se passer de Facebook, c'est si impensable que ça ? L'humanité vit très bien sans depuis 200 000 ans, et même aujourd'hui je vis très bien sans. Quand un ami m'envoie une invitation à m'inscrire sur Facebook, je lui répond toujours « Ecoute, on va continuer à communiquer dans la vraie vie, je trouve ça mieux, on est amis depuis longtemps et on a pas eu besoin de Facebook jusqu'ici ».

Greenpeace ne semble pas comprendre que légitimer le futile engendre de la pollution. Même si Facebook utilisait uniquement des énergies renouvelables, le milliard d'abonnés à ce site doivent quand même acheter un ordinateur principalement composé de plastique (de pétrole) et divers composants polluants, puis importé dans leur pays avec du pétrole, encore, puis remplacé tous les 3 ou 4 ans parce que dans la société de consommation les objets ne durent jamais longtemps. On va gagner en pollution du côté de Facebook, puis on va perdre du côté des milliards d'ordinateurs vendus. Et il s'en vendra encore plus quand nous serons 9 milliards sur la Terre, dans seulement 40 ans...

j encourage GreenPeace pour ses exploits dans la preservation de l environnement.parce que y a-t-il un bien commun a toute espece vivante plus precieux que notre environement naturel dont le prix egale les vies de toutes les especes y coexistant?..Si en effet les animaux et autres creatures qui sont innocents et irresponsables des dommages affligés a la nature par l homme sont egalement muets , uncapables de defendre leur droit a la vie et de proteger leur environement, nous,les Hommes,pouvons et devons faire beaucoup de choses.Nous devons egalement dire ensemble dans un ton uni, a toute entreprise ou particulier qui tire profit materiel dont le prix fatal est la vie et l environnement:

changeant de strategie et donnant la priorité a la santé de l environnement

Bonne initiative de GreenPeace que je soutiens, car ce serait là la preuve concrete qu'il est possible d'allier progrès technologique(s) et écologie !

Les commentaires sont fermés