Les six failles du projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Cigéo

Le délire industriel nucléaire continue. Alors qu’Areva s’embourbe à Flamanville dans un chantier qui n’en finit plus autour du nouvel EPR, et qu’EDF essuie des revers boursiers sans précédent, c’est le projet d’enfouissement de Cigéo, à Bure, qui vient rajouter une dernière goutte d’eau dans le vase déjà trop plein du nucléaire. Le projet décrypté en six failles.

Déchets nucléaires transportés par train entre la France et la Suisse © Christian Schmutz / Greenpeace, 2011
Déchets nucléaires transportés par train entre la France et la Suisse © Christian Schmutz / Greenpeace, 2011

Dans un rapport publié il y a quelques jours, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA)a annoncé qu’au lieu des 13 milliards d’euros initialement prévus pour le Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) , ce sont en réalité environ 35 milliards qui seront nécessaires au projet. Et selon nos informations, il faudrait même près du double pour mener à bien ce projet pharaonique.

L’Agence de sûreté nucléaire (ASN) reconnaît elle-même que les prévisions de l’ANDRA sont “trop optimistes”. Dans quel autre secteur industriel tolèrerait-on de tels surcoûts sans broncher ?

Rappelons que le projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure, introduit de façon cavalière dans le projet de loi Macron l’été dernier, a été retoqué quelques semaines plus tard par le Conseil constitutionnel, qui a estimé à juste raison qu’il n’avait rien à y faire. Las, le député (PS) de Meurthe-et-Moselle, M. Le Déaut entend néanmoins proposer une loi sur le sujet au premier semestre de cette année 2016.

Faille n° 1 : l’insécurité géologique

Le site de Cigéo est censé accueillir les déchets dits de haute activité (HA) et de moyenne activité à vie longue (MA-VL) existants et à venir, y compris ceux de l’EPR français (basé sur une durée d’exploitation de 40 ans des réacteurs). Actuellement, ces déchets sont entreposés dans l’usine de retraitement de la Hague, avec un système de ventilation pour réguler les températures extrêmement élevées liées à la radioactivité de ces déchets.

Ces déchets représentent seulement 3% du combustible usagé, mais concentrent environ 99 % de la radioactivité initiale du combustible. La concentration radioactive y est d’ailleurs telle que seules des machines peuvent manipuler ces conteneurs de déchets.

A Cigéo, les conteneurs hautement radioactifs seraient stockés en profondeur dans une couche géologique d’argile, sélectionnée pour sa relative stabilité. L’argile est notamment connue pour ses qualités en matière d’imperméabilité.

Cependant, il est bien évident que les travaux de forage déstabiliseront cette couche argileuse. De plus, des épisodes sismiques ne sont pas totalement exclus. La stabilité historique de la zone n’est pas une preuve suffisante, du moins complètement satisfaisante. Enfin nous savons que les conteneurs et les galeries ont tendance à se déformer sous l’effet de la haute radioactivité qu’ils contiennent et des mouvements de la roche. Dans ces conditions, nul ne peut dire comment réagira la strate argileuse.

Faille n° 2 : l’insécurité logistique

Le site de Cigéo est censé fonctionner pendant un siècle. L’ANDRA souhaiterait l’ouvrir en 2030. Sauf que les déchets de haute activité produits à date ne pourront pas être stockés dans un lieu confiné avant 2075, tant leur radioactivité est élevée (elle nécessite un entreposage dans un endroit ventilé pendant plusieurs années). En outre, plusieurs questions se posent quant à l’infrastructure logistique nécessaire pour assurer le transport de ces déchets hyper sensibles de la Hague jusqu’à Cigéo, pour l’instant non résolues.

Alors pourquoi tant d’empressement à ouvrir Cigéo ? Par simple calcul politique : les autorités ont en effet besoin de nous faire croire qu’il existe une solution au stockage des déchets radioactifs, d’abord pour maintenir la fiction du nucléaire comme énergie soutenable, ensuite pour justifier son maintien en activité et sa part prépondérante (près de 80 %) dans le mix électrique français.

Faille n° 3 : l’insécurité chronologique

En outre, le site industriel de la Hague, où sont pour l’instant traités et entreposés les déchets hautement radioactifs, sera obsolète en 2030 (un site industriel de ce type dure environ 40 ans). Quand bien même Cigéo serait ouvert à cette date, il ne pourra accueillir que des déchets à radioactivité moyenne, en guise de test (les autres ne pouvant de toute façon pas supporter un stockage confiné). Que fera-t-on alors des déchets hautement radioactifs stockés à la Hague ? Pour l’instant, aucune réponse.

Et que faire une fois que Cigéo parviendra à saturation, alors qu’il y aura encore de nombreux conteneurs à descendre si l’activité nucléaire du pays se maintient. L’agrandir sans fin ? Question d’autant plus épineuse que les engagements pris par les pouvoirs publics et que l’ANDRA ne prévoient aucune infrastructure en surface à Cigéo. On déplace donc le problème sans le résoudre, au risque d’en créer de nouveaux au passage.

Faille n° 4 : l’insécurité économique

Cela nous amène à des considérations économiques : comment prévoir le niveau de l’inflation, le prix de l’argent, du coût de la main d’œuvre et des technologies sur des échelles de temps aussi longues ? À l’aide d’une boule de cristal ?

Or, quand il s’agit de tels ordres de grandeur – plusieurs dizaines de milliards assumés par le contribuable – cela pose un certain nombre de questions politiques auxquelles nul n’est capable de donner de réponses satisfaisantes pour le moment.

Faille n° 5 : l’insécurité scientifique

A Cigéo, c’est la solution du stockage définitif qui a été choisie. Cela signifie qu’une fois les conteneurs enfouis les uns derrière les autres, les galeries creusées dans l’argile seront définitivement scellées par un mélange bétonneux, de sorte qu’elles ne soient plus jamais accessibles.

Partout ailleurs, les conteneurs sont en général stockés dans des galeries accessibles à tout moment, ce qui permet d’opérer un travail de surveillance continue et d’intervenir en cas de besoin. Or à Cigéo, toute intervention a posteriori serait de fait impossible.

Faille n° 6 : l’insécurité historique

L’enfouissement définitif des déchets nucléaires pose en réalité la question d’une éthique du temps. Le nucléaire actionne des échelles de temps particulièrement longues, qui échappent par bien des égards au temps historique et politique. Les acteurs qui prennent les décisions aujourd’hui ne seront sans doute même plus vivants au moment de leur application – et ils ne seront plus comptables des effets de ces choix, qui engagent donc les générations futures.

Cimetière, village de Muslyumovo en Russie, situé près du complexe nucléaire de Maïak (l'une des terres les plus polluées de déchets radioactifs au monde) © Denis Sinyakov / Greenpeace
Cimetière, village de Muslyumovo en Russie, situé près du complexe nucléaire de Maïak (l’une des terres les plus polluées de déchets radioactifs au monde)
© Denis Sinyakov / Greenpeace

Quant aux déchets hautement radioactifs, ils resteront dangereux pendant des centaines de milliers d’année encore. Ce que nous faisons aujourd’hui en matière nucléaire échappe en somme à notre contrôle et à notre implication historique.

Un jour ou l’autre, les êtres humains assisteront à la fermeture de Cigéo. Pour autant, des déchets radioactifs inaccessibles et dangereux y resteront enfouis. Comment s’assurer que les générations futures, dans des dizaines ou des centaines d’années, ne tombent pas dessus par accident, ou selon des modalités dommageables voire tragiques ?

Comment faire en sorte que les informations concernant le site de Cigéo et les déchets enfouis observent une continuité sur des centaines d’années ? Comment être sûr qu’elles soient encore lisibles et intelligibles, à la vitesse où vont le progrès technique et l’évolution des signaux communicationnels ? Comment garantir une continuité d’information ? Comment garantir une continuité politique ?

Tout cela paraît fortement hypothétique et révèle quelle est la nature civilisationnelle du nucléaire : une suite de paris inconsidérés où l’humanité actuelle se dédouane ouvertement de sa responsabilité historique.

Vos commentaires

Poster un commentaire

54 commentaires pour « Les six failles du projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Cigéo »

Un magnifique documentaire à voir à ce sujet, Into Eternity de Michael Madsen, sur le site d'enterrement des déchets nucléaires de Onkalo.

Malheureusement à part agiter une banderole "non a Cigéo" pas grand chose à faire, faudrai balancer tout ca dans l'espace et faire explosé ca dehors! #rageant #moneyworld

Bonjour,
Quelques précisions concernant votre billet :
1°) Concernant le premier point : Comme n’importe quelle installation nucléaire, les installations de Cigéo (surface et profondeur) sont dimensionnées au seisme. Il faut savoir par ailleurs, que le site a (entre autre) été sélectionné pour sa sismicité quasi nulle (cf. cartographie de la sismicité en France). Par les sollicitation s'amortissent avec la profondeur (effet de surface). Concernant la chaleur, les colis exothermiques sont effectivement actuellement entreposés chez les producteurs de déchets. Il faudra a minima attendre 60/70 ans de décroissance pour que leur température soit compatible avec un stockage en profondeur (l’Andra prévoit même un stockage après 85 ans d’entreposage. Par ailleurs, les installations souterraines sont dimensionnées en respectant des critères de température en deca desquels le fonctionnement du stockage est prévisible et sûr. Concernant le comportement de la roche, sous avez raison de dire que la creation de galerie va initier des phénomènes de déformations. Une fois de plus, comme n’importe quelle installation souterraine, ces phénomènes sont pris en compte. Un soutènement et un revêtement assureront la stabilité de l’ouvrage en exploitation. Leur dimensionnement s’appuie sur 15 ans d’observation au Laboratoire souterrain de bure implanté au cœur de la roche. A long terme, la mise en place d’un remblai limitera fortement les déformations via un taux de vide limité
2°) Concernant le deuxième point : veuillez noter qu’il existe des déchets HA faiblement exothermiques qui sont d’ores et déjà stockable immédiatement. De même pour un grand nombre de déchets MAVL. Il existe donc un besoin industriel pour ces déchets justifiant un démarrage en 2030.
3°) Concernant le troisième point : ce point ne relève pas de la responsabilité de l’Andra mais des producteurs. C’est justement parce que l’entreposage pérennisé n’est pas une solution viable que la loi de 2006 indique que le stockage géologique est la solution de référence
4°) Concernant le quatrième point : les modèles économiques tiennent compte de l’actualisation des couts (technique de calcul visant à rendre comparables des flux de dépenses (ou de recettes) à des dates différentes
5°) Concernant le cinquième point : pendant la phase d’exploitation, la loi impose de créer des installations réversibles, ceci afin de ne pas enfermer les générations futures dans nos choix. C’est la fermeture définitive de Cigéo (que seule une loi peut autoriser) qui garantit la sureté sur le très long terme (plusieurs centaines de milliers d’années).
6°) Concernant le dernier : le débat sur les échelles de temps est au cœur des fondements même de la conception de Cigéo et en particulier du choix de site (couche argileuse imperméable, stable, épaisse, profonde, absence de ressources exceptionnelles….). Par ailleurs, l’Andra travaille sur des dispositions permettant d’assurer la mémoire du site.
En espérant que ces remarques vous éclairent dans vos analyses.
Bonne continuation

@Pierre : Into Eternity ne m'a pas plu car 1/ ce film induit que le seul problème posé par l'enfouissement, c'est la mémoire du site et éviter des intrusions humaines dans les millénaires futurs alors qu'il y a bien d'autres problèmes de dangerosité intrinsèque comme évoqués par Greenpeace ci-dessus 2/ C'est un film désespérant qui induit qu'il n'y a pas, qu'il n'y aura jamais d'autres options pour les déchets nucléaires, donc au final quand on a vu ce film, on se dit qu'il faut enfouir dans les meilleurs conditions possibles; C'est ce qu'a été la réaction de la salle lorsque j'y ai assisté.

@ Guillaume : l'option de l'envoi dans l'espace n'est pas absurde, des personnes très sérieuses comme Hubert Reeves le préconisent. Plein d'autres idées pourraient émerger également dans l'avenir. Le problème avec l'enfouissement, c'est que si demain nous disposons de la technologie pour vraiment nous débarrasser de ce sinistre poison, eh bien il sera trop tard car les déchets seront enfouis;
Et si on commence à enfouir, personne ne cherchera plus autre chose
Il faut donc 1/arrêter Cigeo, 2/ mettre tous les moyens de la communauté humaine dans la recherche d'une vraie solution pour les dech nuk.
Tout ça après avoir arrêté le nucléaire bien entendu !

@Lansky
La possibilité d'envoyer les déchets dans l'espace a été étudiée....et rapidement abandonnée
Vu les volumes de déchets concernés par Cigéo (10 000 m3 pour HA, 70 000 m3 pour MAVL), et vue le taux de réussite des tirs de fusée qui bon (autour de 80-90 % à la louche) mais non parfait, cette solution a été abandonnée. Imaginez juste les conséquences d'une explosion dans l'atmosphère vis-à-vis de la dissémination....D'où l'idée de ce qu'on appelle la défense en profondeur....

Bonjour,
Travaillant sur le sujet de l'inventaire des déchets, je me permets d'intervenir sur le point n°3 concernant la saturation de Cigéo :
Cigéo est conçu pour recevoir les déchets des centrales actuelles et l'EPR en cours de construction. Pour les réacteurs futurs, les nouvelles générations visent à produire moins de déchets et radioactifs moins longtemps. Des déchets seront produits tout de même dans tous les cas et il faudra s'assurer qu'il existe une solution pour les gérer. Cigéo est conçu pour être construit progressivement et pouvoir s’adapter aux choix de politique énergétique.
Je pense qu'il y a plusieurs confusions / erreurs dans la phrase "Question d’autant plus épineuse que la loi interdit toute possibilité d’une activité de retraitement les engagements pris par les pouvoirs publics et l’ANDRA ne prévoient aucune infrastructure en surface à Cigéo. ».
En effet, la loi n’interdit pas les activités de retraitement puisque c’est ce que fait l’usine Areva de La Hague. Sur le site de Cigéo, faire du retraitement n’a jamais été étudié ou évoqué. En revanche, les premières versions du projet envisageaient la possibilité de faire de l’entreposage de déchets en grande quantité à la surface pour qu’ils refroidissent avant de les stocker. Aujourd’hui, et conformément à ce qui avaient été exprimé lors du premier débat public, cette option est abandonnée. Il y aura des installations de surface sur le site de Cigéo dont quelques capacités d’entreposage à la surface de Cigéo mais qui seront de taille réduite et ne serviront que pour faciliter l’exploitation industrielle. C’est un engagement de l’Andra mais qui n’est pas cadré par la loi puisqu’aujourd’hui aucune loi n’autorise Cigéo.

@Lansky
Je vous conseille de bien écouter ce que dit Hubert Reeeves, je crois que vous avez manqué sa conclusion...Il me semble donc plutôt de l'avis de Cerise que du votre.

@Doc Lansky Désolé pour Huubert Reeves, mais sa solution d'envoyer tout ça dans l'espace est une fort mauvaise idée :
1- La fiabilité des lanceurs étant ce qu'elle est, il y aura forcément une fusée qui va foirer et, en brulant en rentrant dans l'athmosphère, va vaporiser son contenu tout autour de la terre ;
2- Compte tenu des volumes et des masses de déchets en cause, c'est innenvisageable économiquement. Je vous laisse le soin de calculer le prix qu'il en couterai de libérer 10 000 m3 de déchets HA de la gravité terrestre, pour aller les perdre dans l'espace infini.
Comme quoi, on peut être un spécialiste en astronomie, mais ne pas être un spécialiste de tout. C'est "l'effet gourou" appliqué à de grandes figures médiatiques. Un conseil : quand vous êtres malades vous faites (je l'espère) confiance à votre médecin. Pour les déchets radioactifs, les docteurs ce sont l'Andra, l'ASN, l'OPECST, la CNE, et tous les labos scientiques qui ont travaillé sur le sujet, en France et dans le monde entier.

Peu importe que la solution de H Reeves soit ou non une mauvaise idée à l'instant T aujourd'hui. C'était juste un exemple.
Là n'est pas la question. la question est que dans 100 ans, qui peut dire ce que sera l'état de la science et qui peut dire qu'il n'y aura JAMAIS aucun autre moyen que l'enfouissement ?
Or l'engagement de l'enfouissement sonne le glas de tout espoir pour une véritable solution.
L'enfouissement est un pari . Très risqué selon les opposants. Tranquille selon l'Andra et Cerise.
Mais ça reste un pari.
Dire que Cigeo est conçu "pour être construit progressivement et pouvoir s’adapter aux choix de politique énergétique" est un leurre.
La politique énergétique sera ce qu'elle sera et j'espère que le nucléaire va s'arrêter vu le danger qu'il fait peser et le gouffre (sans jeu de mots)économique qu'il va représenter pour les générations futures
Mais quoiqu'il en soit de cette politique, les déchets vont rester.
Et la communauté humaine va devoir bon gré mal gré se saisir de ce problème majeur
En engageant Cigeo, les pouvoirs publics, quoiqu'ils en disent, privent la collectivité d'un véritable choix.
Double peine après avoir imposé le nucléaire sans aucune consultation.
Même en admettant la réversibilité technique, outre sa difficulté majeure et son coût exorbitant, la réversibilité politique, sociétale, n'aura plus lieu d'être dès lors que l'enfouissement aura débuté.
Arrêtons cette folie avent qu'il ne soit trop tard.
Pardon mesdames et messieurs de l'Andra, vous êtes sans doute sincères et pensez oeuvrer pour le bien de l'humanité en essayant de mettre en oeuvre "la moins mauvaise des solutions".
mais vous vous fourvoyez.
Vous êtes gagné par le désespoir et la majorité de la population ne peut l'accepter.
Réagissez, rangez vous du côté de l'espoir.

Les affirmations de la multinationale Greenpeace comporte beaucoup d'approximations et d'inexactitudes parmi quelques unes :
- par définition les produits à très haute activité ont des périodes radioactives courtes (c'est le cas de certains produits dits de fission)
- un séisme fait essentiellement des dégâts en surface mais quasiment pas en grande profondeur (ce cas est étudié par l'Andra, l'ASN, IRSN, CNRS
- la solution d'entreposage en couche géologique à grande profondeur est celle retenue par toutes les grandes nations du monde avec la caution de leurs scientifiques, seuls variantes la nature de la géologie (argile, sel, granite)
- la couche géologique retenue pour la France a montré une grande stabilité sur plusieurs millions d'années;
-il faut noter que le centre CIGEO sera réversible sur 200 ans avant fermeture
- le retraitement et le recyclage des combustibles nucléaires usés est toléré et réglementé par l'ASN
- la stabilité des déchets vitrifiés est démontrée pour plusieurs millions d'années (essais au CEA, structure proche de celle de l'obsidienne

> L’enfouissement définitif des déchets nucléaires pose en réalité la question d’une éthique du temps.

Ne pas stocker ces déchets dans Cigéo reviendrait à laisser les générations futures traiter le problème. Et comme Cigéo est réversible pendant toute sa phase de remplissage, nos descendants auront quand même la possibilité de revenir sur nos choix.

L’essentiel est que notre génération aura fait face à ses responsabilités en léguant certes un problème… mais aussi la solution qui va avec !

Le problème n'est pas que l'envoi dans l'espace soit une mauvaise solution aujourd'hui, à l'instant T . Ce n'était d'ailleurs qu'un exemple.
Le problème est : qui peut dire ce que sera l'état de la science et des technologies dans 100 ou 200 ans ?
Qui peut prétendre que nous ne serons pas en mesure demain de nous débarrasser vraiment de ce sinistre poison nucléaire ?
Qui pouvait prévoir, il y a 100 ans, que des supersoniques nous survoleraient chaque jour?
Enfouir, c'est abdiquer.
L'enfouissement est un pari : très risqué selon les opposants, tranquille pour Cerise et l'ANDRA.
Mais ça reste un pari.
Engager l'enfouissement aujourd'hui, c'est sonner le glas de tout espoir futur la communauté humaine, de se préserver réellement de cette menace en l'éliminant.
Et la réversibilité de CIGEO sur 50, 100 ou 200 ans est malheureusement un leurre absolu.
Car au delà de sa faisabilité technique sujette à caution, au delà de son coût probablement exorbitant, elle pose le problème politique et sociologique suivant : à quoi bon chercher une autre solution si on a mis le doigt dans la voie de l'enfouissement ? A quoi bon engager de l'énergie humaine, de la science, de l'argent, alors qu'on aura déjà un trou qui aura coûté très cher en énergie humaine, en science et en argent?
Mesdames et Messieurs de l'Andra très présents sur cet échange, pardon car je pense que vous êtes sincères et que vous croyez vraiment oeuvrer pour le bien de l'humanité en vous mettant au service de ce qui est selon vous "la moins mauvaise des solutions".
Mais vous vous fourvoyez. Votre option est celle du désespoir !
Mise en oeuvre, votre option va priver la communauté humaine de se saisir du problème des déchets radioactifs.
Personnellement, j'espère que le nucléaire va vite s'arrêter, vu les terribles menaces qu'il fait peser et vu le gouffre (sans jeu de mots) économique qu'il va constituer pour les générations futures (ce n'est pas l'Andra qui va me démentir la dessus)
Mais quels que soient les choix énergétiques de demain, les déchets vont demeurer et les populations vont subir une double peine: après qu'on nous ait imposé l'énergie nucléaire sans débat, on va maintenant, en démarrant l'enfouissement, nous priver de la possibilité de nous débarrasser des déchets radioactifs.
Et ça Mesdames et Messieurs de l'Andra, la population ne peut pas l'accepter.
Ayez une véritable démarche scientifique exploratoire et porteuse d'espoir, renoncez à cette solution ultime et unique, rejoignez les citoyens dans leur démarche de bon sens: stoppez CIGEO tant qu'il est encore temps.

@Lansky vous évoquez un problème sociologique et politique à avancer vers une solution qui priverait nos descendants de "vraiment traiter" le problème, si tant est que cela soit possible. Votre argument n'est pas dénué de sens, loin s'en faut, mais il occulte la dimension éthique pour le coup : sous prétexte de "ne pas traiter vraiment le problème", peut-on refuser l'enfouissement qui n'est certes pas parfait mais reste quand même une solution, et ainsi se contenter de refiler le problème aux générations futures ? car c'est bien à cela que revient le fait de ne rien faire ! or, il faut rappeler que même si nous n'avons pas choisi qu'elle soit d'origine nucléaire, ce sont bien de nos déchets que l'on parle ici. Je pense que nos enfants auront encore bien d'autres problèmes à gérer pour leur transmettre encore celui ci.

il y a quelque chose qui "m'échape là" : pourquoi enterrer des déchets radioactifs qui ont besoin d'être ventilés ?

Je ne connais pas la science des chercheurs mais je sais que le risque zéro n existe pas et que la nature personne ne la maîtrise , le preuve est que les catastrophes déjà rencontrées ont fait des dégâts non dommageables pour l humanité , ne jouons pas avec le feu au risque de se brûler , préférons les énergies propres , coûteuses certes mais moins risquées , la vie n à pas de prix même si elle a un coût . l argent souvent précipite les décisions......

Je ne connais pas la science des chercheurs mais je sais que le risque zéro n existe pas et que la nature personne ne la maîtrise , le preuve est que les catastrophes déjà rencontrées ont fait des dégâts non dommageables pour l humanité , ne jouons pas avec le feu au risque de se brûler , préférons les énergies propres , coûteuses certes mais moins risquées , la vie n à pas de prix même si elle a un coût . l argent souvent précipite les décisions......gardons et surveillons en sécurité à ciel ouvert dans l attente d une gestion sûre et moins risquées ces déchets si encombrants.... Réflexions et dialogue serait sûrement déjà une solution ....

@Jasmine : je pense au contraire que mon argument traite exclusivement de la dimension éthique de ce problème. A mon avis, l'éthique c'est précisément préférer l'espoir d'une vraie solution pour nous et ceux qui vont nous suivre à une prise de risque à caractère définitif.
Je préfère léguer un choix à mes descendants plutôt qu'une peur permanente et une perte de maîtrise.
Je ne dirais peut être pas cela dans 100 ans, à l'issue d'un véritable constat d'échec et tout au bout d'une démarche scientifique exploratoire digne de ce nom.
Y a-t-il d'autres exemples scientifiques où l'humanité a capitulé aussi rapidement ?
A peine 40 ans après le début de leur production,on décide déjà qu'on ne trouvera rien, rien de rien pour éliminer ces déchets.
Donc on les enfouit.
Pitoyable capitulation sans combat, et qui plus est dans ce cas sans espoir de reprise de combat pour nos descendants.
Profondément anti-éthique à mon sens.

Marguerite dit :le 15 janvier 2016 à 19:35
il y a quelque chose qui "m'échape là" : pourquoi enterrer des déchets radioactifs qui ont besoin d'être ventilés ?

>>>> il y a quelque chose qui s'échappe là ? la ventilation disperse t elle de la radio activité ?

Il y a une solution qui ne resoud rien aux problèmes passés mais à ceux du futur;consomez moins ,c'est clair ça va pas plaire aux econnomistes,mais il n'y a que deux principes qui gouvernent'' ce monde l'ego et l'amour et nous sommes tous les premiers consernés et responsables ,pourquoi est ce si difficile à comprendre? Il faut choisir, l'homme est libre et peut changer à tout moment .

Cher Greenpeace, cet article n'est pas du niveau attendu pour les experts environnementaux que vous devriez être. Ne continuez pas s'il vous plaît dans cette direction polémique et politicienne. A peu près tout est faux dans cet article, à part les trois derniers avant-derniers alinéas (c'est peu!!). En effet, les déchets radioactifs existent déjà et ils posent des questions difficiles à notre société. Ne pas y répondre, essayer de se convaincre qu'il vaut mieux ne rien faire, jeter un discrédit approximatif sur le travail des scientifiques qui étudient des solutions (ils travaillent sur commande de l'état pour un l'établissement public, ils ne sont pas responsables de l'existence de ces déchets et ne participent d'aucun complot. La preuve, ils publient leurs rapports puisque vous les commentez!!!), n'est vraiment pas très honnête pour la défense de l'environnement. Même si c'est douloureux à accepter, les déchets sont là et leur stockage profond est probablement la seule solution donnée à l'homme pour les mettre en sécurité. C'est peut-être dur à admettre, et changer d'avis est parfois douloureux, mais s'enfermer dans l'erreur et ne rien faire, c'est pire.

Quand on veut tuer son chien, on l'accuse de la rage...
Appliqué au nucléaire ce la donne : quand Greenpeace veut tuer l'électronucléaire, il l'accuse de maux imaginaires.
Le principe de stocker dans une roche argileuse stable depuis plus de 600 millions d'années, des produits dangereux pendant 100 000 ans (c'est à dire 0,1 million d'années) n'est pourtant pas délirant !
Pour le détail, se référer aux excellentes précisions données par Cerise.

Quelques éclairages par ordre d’apparition

@Doc Lanksy :
- Depuis la loi de 1991 et pendant 15 ans, différentes solutions ont été étudiées : séparation/transmutation, entreposage pérennisé en surface, entreposage pérennisé à faible profondeur, stockage profond dans l’argile, stockage profond dans le granite…. C’est donc tout un bouquet de solutions qui a été étudiée. Après 15 ans de recherche, les évaluateurs nationaux et internationaux ont conclu (pour faire simple) que l’entreposage pérennisé n’était pas une solution viable, que la séparation/transmutation était à un état d’avancement qui ne permettait pas d’envisager une application industriel à moyen terme et que le stockage profond était la solution de référence
- La question de pour ou contre le maintien du nucléaire ne résout pas le problème. Qu’on soit pour ou qu’on soit contre, les déchets existent et il faut trouver une solution viable
- C’est justement pour ne pas enfermer les générations futures dans nos choix que la loi de 2006 demande un stockage réversible. La réversibilité sous-tend beaucoup de choses : capacité de retirer tout ou partie des colis, capacité à accueillir des nouveaux déchets (flexibilité), capacité à intégrer dans Cigéo les progrès scientifiques et technologique à travers le développement progressif et incrémental de Cigéo.

@Maguerite
Les déchets sont ventilés en surface dans les entreposages des producteurs essentiellement pour des raison de thermicité (ex : déchets vitrifiés de Haute Activité à la Hague). Dans un stockage, comme dans n’importe qu’elle mine souterraine, la ventilation permet d’assurer la sécurité des travailleurs (renouvellement de l’air, éviter l’accumulation de gaz,…). Pendant la phase d’exploitation ventilée, les colis sont confinants (soit en l’état, soit parce que l’Andra prévoit de les mettre dans un surconteneur qui empêche la dispersion. En cas de problème, des filtres THE (très haute efficacité) assure la filtration des particules non obstant le fait que les conteneurs sont dimensionnés à la chute (redondance des systèmes de protection), sans compter toutes les autres dispositions,....

@ Nicolas
Oui le risque zéro n’existe pas. Toute la démonstration qui sera soumise aux évaluateurs consiste à montrer que les risques ont été identifiés et qu’ils sont gérés par des dispositions de conception (dimensionnement des installation, redondance,…) sans compter que la défense en profondeur permet déjà de s’affranchir à très long termes des aléas (guerre, attentats, tempêtes, instabilités politiques, inondatation, climat,….) que ne permet pas une gestion en surface

Pour Cerise ... tout est prévu mais que dire de cet accident au état unis ? Un accident est toujours possible, comment le prévenir ?
... http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post%2F2014%2F05%2F25%2FUSA-%3A-une-catastrophe-nucl%C3%A9aire-en-cours-%C3%A0-655-m%C3%A8tres-sous-terre-au-centre-de-stockage-de-d%C3%A9chets-radioactifs-WIPP

Cigéo n'est pas le WIPP. Néanmoins la conception de Cigéo prend en compte le retour des expériences internationales, dont le Wipp. Le risque incendie est bien sûr pris en compte dès la conception de Cigéo pour garantir la protection du personnel et des riverains. Des dispositions sont prises pour limiter ce risque, le détecter rapidement et faciliter une intervention rapide des secours en cas d’incendie. Une première mesure consiste à limiter la quantité de produits combustibles ou inflammables dans les équipements du stockage. Par exemple, si Cigéo est réalisé, les câbles électriques seront ignifugés et les véhicules à moteur thermique seront interdits dans l’installation nucléaire souterraine de Cigéo. De plus, des dispositifs de détection incendie seront répartis dans les installations pour détecter rapidement et localiser tout départ de feu. Plusieurs systèmes d’extinction automatiques seront installés dans l’installation souterraine. Des systèmes de compartimentage et de ventilation sont prévus pour limiter la propagation du feu. Des équipements d’intervention seront prépositionnés dans l’installation souterraine en permanence. L'architecture souterraine retenue pour le stockage permettra aux secours d'intervenir dans des galeries à l'abri des fumées et facilite l'évacuation du personnel. Outre la mise à l’abri du personnel, la maîtrise du risque incendie vise aussi à protéger les colis contenant les substances radioactives des effets de l’incendie afin de maintenir le confinement de ces substances. Pour cela, les colis seront disposés dans des équipements qualifiés pour résister au feu. Les conteneurs de stockage sont également conçus pour assurer une protection contre l’incendie. Ces dispositions permettent d’exclure tout effet domino entre les colis stockés. La définition de l’ensemble de ces dispositifs associe les services compétents des sapeurs-pompiers et fait l’objet de contrôle par l’Autorité de sûreté nucléaire.
Pour reprendre une image évoquée ci-avant, ce n'est pas parce le chien de votre arrière cousin américain à la rage qu'il faut euthanasier les chiens Français.... A raisonner comme ca, on aurait jamais du faire voler des avions,...

voilà nous y sommes ça s'écroule avant d'être exploité..et déjà un mort en 2002 et un an d'arrêt de chantier..pour l'exploitant et le constructeur c'est le monde des bisounours...et la réalité..? http://www.dna.fr/actualite/2016/01/26/eboulement-sur-le-site-d-enfouissement-de-dechets-nucleaires-de-bure

Janvier 2016,
petit rappel de Dame Nature :

Ô Homme, Ô combien prétentieux,
toi qui affirmes que je serai stable pendant des centaines de milliers d'années,
je te montre par ce "petit éboulement" que tu n'y comprends rien à rien.!.
Plus précisément : tu en sais tellement peu qu'alors tu crois beaucoup trop savoir.!.

Et...
Cet "accident" n'en est pas un : il est "assumé" par les commanditaires, et même probablement "assuré".!.
Il était pour ainsi dire prévu, il fera donc partie des "coûts".
Mais quel magnifique discrédit (des géologues concernés).!.
Pas si argileux, le coin, pour provoquer un effondrement de galerie.!.

Et donc...
Ce simple effondrement est à rapprocher des 600 000 ans de stabilité annoncé.!.
Cela n'est-il pas suffisant pour remettre en cause l'intégralité du projet?
Qui osera faire la prochaine "prédiction" géologique..?

Pour finir,
@Cerise :
vous semblez bien informé(e), de la partie...
Mais aucune considération éthique ou philosophique ne semble vous incliner...
Vous nous expliquez, et fort bien (je ne doute de rien de ce que vous affirmez), que tout est prévu, reprévu, sécurisé et redondant, etc.
Sauf la nature instable de la roche.?.
Je ne vous parle pas technique, mais philo :
pouvez-vous encore AFFIRMER quoi que ce soit après cet accident ?

Pourquoi ne pas arrêter de financer à couts de million d'euros la recherche sur le nucléaire ? Et financer à la place la recherche sur les énergies renouvelables, les économies d'énergie et le stockage d'énergie ? C'est encore compliqué mais en couplant des panneaux photovoltaïques avec une pile à combustible ça fonctionne très bien !!!
Le jour, les panneaux produisent de l'électricité quand il y en a besoin, sinon, il produisent de l'hydrogène à partir d'eau, en ne rejetant que de l'oxygène. Et la nuit, c'est l'inverse, lorsque cela est nécessaire la pile à combustible se met en marche et à partir d’hydrogène, elle produit de l’électricité.
Il y a aussi les volants à inertie qui permettent de stocker l'énergie électrique.
Émission sur France culture "Science publique titrée "Va-t-on enfin parvenir à stocker l’énergie solaire ?" diffusée le 11-09-2015. A écouter sans modération !!!
On peut aussi faire plus simple comme aux Iles Canaries en couplant les éoliennes avec les barrages hydroélectriques. Les éoliennes fournissent l'énergie aux pompes qui remontent l'eau en haut la nuit.

Ceux qui veulent participer à leur échelle aux financements des ENR peuvent aller sur le site d’ENERGIES PARTAGEES : http://energie-partagee.org/

Si le nucléaire continue à être utilisé autant en France ce n'est qu'à cause des lobbys.
De toutes façons, la mort des énergies fossiles est inéluctable à plus ou moins long terme

La France a déjà raté le tournant des énergies nouvelles.
Dommage car ce sont les seules à permettre une réelle indépendance énergétique de notre pays. Car l'argument des pro-nucléaire qui disent que cela favorise notre indépendance énergétique me fait bien rire. Il vient d'où l'uranium ? De France peut être ?
Ben non : Australie (plus loin y a pas), Kazakhstan (pas très sûr comme pays), Russie (avec Poutine le va t'en guerre), Niger (une démocratie en devenir lol)...

Au niveau mondial, les financements dans les ENR ont dépassé en 2015 les financements dans les énergies polluantes.

A bon entendeur.

Je ne suis qune neofite de 72 ans, mes le problème des déchets nucleaire est pour moi insoluble, il falais y penser avant de construire des centrales. Le pire est l, on continue à en construire!

Areva s'embourbe en Finlande, EDF à Flamanville ... et le contribuable paye... (vente à prix fixe de 3 Milliard d'Euros non révisable en Finlande... Connaitra-t-on un jour le coût de ces EPR ? 10 milliards à Flamanville annonce EDF... Stop... Désastre technique... économique... écologique...

Vu les progrès des transporteurs spatiaux, pourquoi ne pas expédier ces déchets dans le soleil ?

Pour une fois je suis en total désaccord avec Greenpeace. En résumé : il ne faut pas enfouir, on ne fait rien, on réfléchit. Bon, pourquoi pas...
Souvenez vous qu'un jour on a décidé de collecter les déchets et d'ouvrir des décharges, ce n'était pas reluisant, tout mélangé, à ciel ouvert, grouillant de vermine. C'était quand même un progrès, auparavant tout était jeté un peu partout dans la nature. Maintenant regardez les déchèteries, tri sélectif, ...etc, il y a eu une énorme évolution.
Cigéo, ce n'est pas la panacée mais le site existe et il est amené à évoluer en fonction des progrès. Combien d'années ont été nécessaires pour en arriver là?
On ne va pas encore réfléchir pendant des lustres sans rien faire . Si Greenpeace n'a pas d'idée, il ne faut pas compter sur le cartel du nucléaire pour en avoir.
Je pense qu'il faut être humble et faire avec les moyens dont on dispose actuellement. Tant que le site ne sera pas scellé, il pourra toujours bénéficier des progrès technologiques à venir.

Je ne comprends pas qu'on puisse être POUR le nucléaire. A la limite, je conçois qu'on soit pour de l'électricité par chère et à gogo mais c'est malhonnête de prétendre qu'objectif (produire de l'électricité) et moyen (grâce au nucléaire) sont la même chose. Par contre je conçois qu'on soit CONTRE le nucléaire : c'est infiniment dangereux et aux mains de quelques lobbies dont le seul objectif est la pérennité de cette technologie.
Ma solution pour avoir de l'énergie électrique "verte" compétitive : Produire de façon décentralisée grâce aux toitures photovoltaïques et aux éoliennes. Electrolyser l'eau et stocker l'hydrogène dans le sous-sol (comme pour le méthane). Distribuer cet hydrogène par le réseau gaz de ville et le bruler dans des chaudières de co-génération installées dans les sous-sol des immeubles et pilotées en fonction des besoins en électricité. La chaleur des chaudières de co-génération est soit utilisable immédiatement (chauffage) soit stockée en ballon pour être utilisée en différé (sanitaire). Voilà, il ne reste plus qu'à mettre des panneaux solaires sur tous les toits et beaucoup d'éoliennes. Et pour convaincre les gens de mettre des éoliennes partout, il faudra que chacun puisse être actionnaire de la machine qui tourne derrière chez lui.
Mais le veut-on ?

Basculer en masse vers ENERCOOP ,le seul fournisseur oeuvrant uniquement pour l'electricité verte , est un signal fort envoyé contre la politique d'EDF,ça coûte un peu plus mais on apprend la sobriété ,et le surcoût de la dépense peut être rattrapé.Tout le monde sur l'hexagone peut faire ce geste.

C'est politiquement incorrect de persister à vouloir dicter aux Français des choix qui ne sont pas les leurs; car, en fait, qui est d'accord avec ce projet ? La population ? je ne pense pas.

C'est normal qu'on en soit rendu là ! Car pour arrêter cette gabegie, il faudrait être en mesure de proposer des contres- projets. Puisque lorsqu'on est un politique on ne peut pas priver le pays de l'énergie qui fait sa richesse. Même si les risques sont immenses.
Comme contre projet même s'il est trop tard pour ce qui concerne le nucléaire, il faut démontrer que par le stockage de masse écologique, nous pourrions nous passer d'une partie des fossiles et de l'atome si on y consacre autant d'argent .
Même si ça peut sembler prétentieux ou présomptueux ou loufoque pour certains, je suis en mesure de faire des propositions sous réserve de pouvoir passer des accords de partenariat avec les entreprises intéressées.

Aux spécialistes, un nouveau couplet à la chanson de Dylan.
Combien de tonnes de déchets doit-on gérer chaque année ?
Sachant qu'on ne "brûle" que 5% du combustible dans les réacteurs, cela fait combien de tonnes d'Uranium 235 enrichi à ventiler chaque année?
Cela fait combien de bombes potentielles?
Est-ce que l'Uranium 235 dont on ne peut pas stopper la réaction en chaîne est traité comme un problème ? Si oui, quelles solutions ?
Pour rappel : période de demi-vie de l'U235 : 7.5 millions d'années.
Soit le double de l'age du massif des Écrins (4102m d'altitude).
Aux lobbys du nucléaire : Est-ce que les générations futures sont un sujet de préoccupation pour vous ?
Continuera-t-on à former des personnes pour gérer tout ce tas de merde dans quelques siècles ou décennies, ou est-ce qu'on sera déjà tous morts ?
Est-ce qu'on parie sur la bonne mutation pour les organismes vivants du futur ?

J'ai beau écouter le vent, je n'entends pas la réponse.
À l'échelle de la planète, 7.5MA x X, c'est juste un pet de lapin.
Probablement qu'elle se portera mieux sans nous, les gnômes.

Alors oui : TOUS À FOND POUR LE NUCLÉAIRE !

Question super banco :

Ça fait combien de fusées à affréter ?

Je suis impressionné par le nombre d'employés de l'ANDRA et autres vendeurs de nucléaire qui vous suivent et qui commentent sous des pseudo paressant classiques (d'où le choix du mien). Toutefois, quelles que soient les études réalisées, l'accident de cette semaine( et les précédents dont n'ont eu connaissance que les gens travaillant sur site et eux mêmes blessés) montrent bien que la stabilité du sol est loin d'être ce qui est annoncé depuis le début du projet.
Cerise et autres arbres fruitiers, ne vous donnez pas la peine de répondre. J'habite sur place et je connais désormais vos discours par coeur

La question si simple est cachée par la peur de la mort: Pourquoi ai-je besoin de tant d'énergie pour être heureux ? Joyeux je sais me contenter de si peu...Polluez votre planète à l'instar de l'esprit c'est être esclave du mécanisme de la pensée qui projette une dualité fictive que la technique issue de la pensée essaye de réunir en colmatant le gouffre que le désir à ouvert. Tout problème a sa source dans l'esprit et cette ignorance fondamentale produit des solutions toujours dans le futur. Ainsi est devenu l'esprit mondialisé une croyance dans un bonheur futur.. Les scientifiques en sont les grands prêtres !

Merci pour ces informations

Enlève ton masque Cerise nous t'avons reconnu !!! Quel salaire mirobolant pour ta prestation ???
Le mensonge est la seule réponse des dirigeants de nos sociétés basées sur le profit immédiat !!!

Le vent reste muet sur la question.

Quand on parle de 100 000 ans, c'est déjà pas mal.
Mais 100 000 ans, c'est juste la période de demi-vie du plutonium : c'est à dire qu'au bout de 100 000 ans, sur une tonne de plutonium, il n'en reste que 500 kg + 500 kg d'autre chose.
Encore 100 000 ans et il ne reste plus "que" 250 kg de Pu (c'est pas moi qui ai inventé le symbole chimique) et 250 kg d'autre chose. Et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il ne reste plus que des "trucs" non radioactifs ou du moins moins mauvais pour la santé.
La question de la quantité de départ se trouve donc importante pour évaluer une échelle de temps plausible à "l'inoffensivité" de la matière stockée.

À mon avis, il est urgent de sortir du nucléaire (25 ou 30 ans paraissant par comparaison un court terme).
Mais le problème des milliers de tonnes de déchets et autres merdes (je ne connais pas le vocable pour désigner l'U235 non utilisé mais continuant à subir la réaction en chaîne, et qui me paraît être la plus lourde menace) subsiste.
Que peut-on faire? Il faut bien traiter le problème !
Quelles alternatives? (ITER ne me paraît pas une solution satisfaisante.)
Une petite vidéo (30 min) d'un scientifique de haut vol (un poids lourd, comme il se définit lui-même) à propos du nucléaire (en passant évidemment par ITER).
C'est JPP (pas le footballeur, mais Jean-Pierre PETIT). À consommer sans modération.
http://www.dailymotion.com/video/xj2u9z_jean-pierre-petit-extrait-dvd-sur-le-nucleaire-et-les-manieres-d-en-sortir_news

MERCI Bataille , Arnaud , Mach bio ,
je partage totalement votre analyse des problèmes dus au nucléaire .
Vos suggestions pour des énergies renouvelables sont sages et de bon sens .

Les fondateurs de Greenpeace sont désormais pour inclure le nucléaire dans les solutions bas carbone vu l'urgence climatique. Cherchons pourquoi s'il était vraiment si dangereux face à ses alternatives. Les réacteurs naturels d'Oklo ont démontrer que les matières ne migrent pas. Ici la radioactivité dégagée est faible. Il faut toujours avoir à l'esprit que le sol regorge de métaux radioactifs. Donc en concentrer un peu n'est pas tabou. Il faut apprendre la culture du faible risque. Ne rien faire est bien plus risqué...

il serait bon que les écolos connaissent un peu mieux les lois de l'univers, toute vie, être, corps organique descend des explosion thermonucléaire dans les supernova qui ont crée les molécules complexes...

Ben oui évidemment !
Pourquoi n'y avons-nous pas pensé plus tôt ?
Une bonne explosion thermonucléaire pour sauver la planète et créer de la vie, y'a que ça de vrai.

"dokman dit :le 31 janvier 2016 à 12:43
il serait bon que les écolos connaissent un peu mieux les lois de l'univers, toute vie, être, corps organique descend des explosion thermonucléaire dans les supernova qui ont crée les molécules complexes..."
So what ???
Comme d'habitude les pro-nucléaires pratiquent l'enfumage. Ces pseudos-sachants, pétris de certitudes et acteurs du lobbying le plus cynique sont même parvenus à croire eux-mêmes à leurs propres mensonges moyennant salaire confortable.
Dommage pour vous nous avons encore notre libre arbitre. Gardez vos dogmes pour vous et ne jouez pas avec la vie des futures générations et la Vie tout court.

Merci à green peace déjà qui permet un débat, unissez vous au lieu de vous pourrir les amis !! Comme à dit Hitler : "je ferais battre le peuple par le peuple" et c'est ce que vous faites :... La solution est d ordre spirituel mes amis ! Moi sinon je suis pour le retour au primitivisme mais avec la 4g

FR3 a fait un reportage inédit sur le stockage de futs et de big bags radioactifs situé à qques km de Reims
Le bâtiment est ouvert à tout vent, couvert en bâche plastique et sans surveillance spéciale
Le CEA avait affirmé aux élus il y a un an qu'il n'y avait plus de radioactivité sur le site
Mais les journalistes nous apportent la preuve accablante
Pouvons-nous avoir confiance au nucléaire ou plutôt à ces (ir)responsables ?

http://france3-regions.francetvinfo.fr/champagne-ardenne/emissions/jt-1920-champagne-ardenne
mettre la date du 06/02 et le curseur à 5 min 10

merci Pierre je confirme,si vous n'avez qu'un film a voir c'est INTO ETERNITY pour info ce site d'enfouissement se trouve a quelques Km du site ou AREVA construit une cochonnerie appelée EPR

Mi nombre es Hellen, De Reino Unido. Deseo compartir mis testimonios con el público en general acerca de lo que este hombre llamado Dr.Kruma acaba de hacer para mí, este hombre acaba de traer de vuelta la alegría a mi casa y mi vida en la persona i oído hablar de él antes y que lo estaba dudando cuando le di una oportunidad con respecto a mi falta de tener mi propio bebé y el embarazo para el hombre me casé con llamada Mr.Kenny estábamos juntos durante mucho tiempo y nos encantó nuestra auto de pero cuando he podido darle un hijo durante 2 años me dejó y me dijo que no puede seguir ya continuación, ahora estaba buscando la manera de traerlo de vuelta hasta que un amigo mío me dijo acerca de este hombre y dio su contacto a través de correo electrónico:

(Kokodr95@gmail.com)

entonces no va a creer esto cuando me comuniqué con él, gracias una vez más el gran Dr.Kruma por lo que has hecho por mí, si está por ahí pasa a través de cualquiera de estos problemas enumerados a continuación:

1) Si usted quiere que su ex atrás.
(2) si usted siempre tiene pesadillas.
(3) ¿Quieres ser promovido en su oficina.
(4) ¿Quieres mujeres / hombres que corren detrás de usted.
(5) Si desea un niño.
(6) ¿Quieres ser rico.
(7) ¿Quieres atar su marido / esposa sea
tuyo para siempre.
(8) Si usted necesita ayuda financiera.
(9) ¿Cómo te han estafado y que desea recuperar el dinero que perdió o propiedades? Póngase en contacto con él a través del correo electrónico: kokodr95@gmail.com

En tant que géologue et pour avoir visité le site de Bure en 2013, je dois dire que vous dites des erreurs. Le stockage profond à Bure est le résultat de l'étude de plusieurs sites en France, celui-ci étant le meilleur. Concernant les déformations de la roche à cause des galeries, ne peux vous dire qu'ils expérimentent tout un système de soutènement capables de s'adapter en cas de mouvement, des sortes de gros cintres circulaires qui "glissent" au lieu de rompre, et qu'il y a une quantité incroyable de capteurs qui mesurent l'évolution des déformations, des contraintes, etc. Les scientifiques font vraiment du bon boulot là-dessus. Le stockage prévu est réversible, avec dans l'idée que peut-être un jour on saura mieux s'en occuper. Lors de la visite se posait même la question de transmettre ce savoir et l'existence de ce stockage aux générations futures, pour que dans 500 ans si le site est à l'abandon et que plus personne ne sait ce que c'est, on trouve un moyen de leur expliquer le but de cette installation.

Les mecs font vraiment du bon boulot, ils essaient pas de nous cacher des choses ou de nous empoisonner, ils essaient juste de trouver une solution à ce probleme monumental. On peut pas blamer des gens qui se creusent la tête pour trouver des solutions. C'est quand même mieux que de balancer ça dans la mer quand certains pays font ou de laisser ça en surface où les risques sont à mon avis bien plus grands !

On risque bien, un jour, (si ce n'est nous, nos descendants) d'entendre : "je ne comprends pas, on avait tout calculé, sur le papier, ça marchait!" Je n'ai pas lu tous les commentaires, trop nombreux, mais je pense que Cerise, dès le début, a situé le débat : tout est prévu. Si c'est comme pour l'EPR, permettez moi Cerise, d'être un peu inquiet! Et quand Laura dit "plusieurs site ont été étudiés, celui de Bure est le meilleur, ça me rappelle une chose : les borgnes voient mieux que les aveugles, ça n'en fait pas des bien voyants! Que le site soit le meilleur, je l'espère bien et on ne peut pas en attendre moins, ce qui me fait peur c'est que des experts comme vous devez l'être puissent à ce point nous engager en choisissant la moins mauvaise solution, sans certitude que ce soit la bonne!

I just want to say I am just all new to blogging and definitely liked you're web blog. Probably I’m going to bookmark your site . You really come with very good posts. Thanks a lot for sharing your web page.

Donnez votre avis

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par :
- le blocage du posteur
- l'effacement des commentaires incriminés

Voir nos conditions d'utilisation

Tous les champs sont obligatoires.

Votre nom sera affiché sur le site, visible de tous et donc indexable par les sites de recherche type Google. Veuillez utiliser un pseudonyme si vous ne voulez pas que votre identité soit visible et se retrouve sur d'autres sites.
Elle ne sert qu'à des fins d'administration et ne sera pas publiée sur le site.
Pour lutter contre le spam publicitaire, de nombreux mots sont interdits dans les commentaires. Si ces mots sont présents, votre commentaire sera automatiquement rejeté ou mis en fil d'attente de modération.
De plus, nous n'acceptons que 3 adresses web (URL) au maximum dans les commentaires.

Si votre commentaire est bloqué, il n'apparaîtra pas.
Merci de patienter pour que celui-ci soit mis en ligne.
Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.