Les décideurs de l'énergie en France, Les Parrains – épisode 4

Qui sont les groupes de pression qui ont l’oreille du président de la République et de son gouvernement en matière de politique énergétique?

C’est la question à laquelle nous nous efforçons de répondre, depuis le début de l’été.
Après avoir révélé le rôle des industriels de l’énergie, celui des X-Mines, et des élus du nucléaire, nous publions aujourd’hui le dernier volet de notre enquête, en nous penchant sur les syndicats.

Lire toute l’enquête

Le déni du gouvernement japonais à Fukushima

Pas un jour ne passe, depuis le 11 mars 2011, sans qu’un nouvel incident, une nouvelle fuite, un nouveau pic de radioactivité ou un nouveau risque ne soit détecté à la centrale accidentée de Fukushima Daiichi.
Malgré la volonté de TEPCO d’étouffer les dossiers, (voir l’article du Point : Fukushima, les silences coupables de Tepco ), les informations parviennent, parfois avec un terrible retard.

Les décideurs de l'énergie en France, Les Parrains – épisode 3

Qui sont les groupes de pression qui ont l’oreille du président de la République et de son gouvernement en matière de politique énergétique?

C’est la question à laquelle nous nous efforçons de répondre, depuis le début de l’été.
Après avoir révélé le rôle des industriels de l’énergie puis celui des X-Mines, c’est aujourd’hui le portrait des élus du nucléaire que nous dressons.

Lire toute l’enquête

Le Japon doit reprendre le contrôle de la catastrophe de Fukushima

Depuis plus de deux ans maintenant, l’opérateur de la centrale de Fukushima, TEPCO, échoue.

Il échoue à maîtriser la situation à la centrale dévastée. Il échoue à faire la transparence sur la situation réelle, tentant de masquer des problèmes tels que les fuites d’eau contaminée. Les déclarations sont multipliées, des actions éclairs tentées…

Mais TEPCO n’a aujourd’hui aucune maîtrise de la catastrophe en cours.

Action : Fermez-les !

Jeudi 28 mars matin à l’aube, des activistes ont projeté un immense message sur la centrale nucléaire de Fessenheim (Alsace). Le message ? “Pourquoi seulement moi ?“.

Dans la deuxième partie de la nuit du 29 au 30 mars, les militants de Greenpeace ont massivement renommé « Fessenheim »les localités autour des quatre centrales nucléaires à fermer en priorité : Gravelines, Bugey, Tricastin et Blayais. Les panneaux de signalisation de dizaines de villages ou de villes autour de ces centrales ont été recouverts par des panneaux de signalisation “Fessenheim”.

Ces actions accompagnent la publication d’un rapport qui révèle et analyse les cinq centrales nucléaires françaises à fermer en priorité : Blayais, Bugey, Fessenheim, Gravelines et Tricastin.

(c) Nicolas Chauveau / Greenpeace
photo : (c) Nicolas Chauveau / Greenpeace