EPR : le coup de grâce

La semaine dernière, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a annoncé avoir été informée par Areva d’une anomalie de la composition de l’acier dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur EPR en construction à Flamanville.

Octobre 2013 : acheminement de la cuve vers le chantier de Flamanville
Octobre 2013 : acheminement de la cuve vers le chantier de Flamanville

L'ADEME présente... l'électricité 100% renouvelable !

Aujourd’hui et demain, l’ADEME tient deux journées de réflexion sur les énergies renouvelables dans le mix électrique.
Dans ce cadre, l’agence gouvernementale avait annoncé une étude qui dévoile la photographie d’une France où l’électricité provient à 100% des énergies renouvelables en 2050. Elle est ensuite revenu sur sa publication en évoquant « la sensibilité du contexte politique de publication », pour reporter sine die sa sortie. Mediapart, dès la semaine dernière, la rendait publique en révélant qu’un mix électrique 100% renouvelables est on ne peut plus sérieux et réaliste. Depuis l’ADEME l’a mise en ligne sur son site.

Dharnaï : quand l'énergie solaire apporte bien plus que de l'électricité

Dans un pays où les énergies fossiles sont la principale source d’électricité, Dharnaï est le premier village indien à être alimenté à 100% en énergie solaire. Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France, s’est rendu sur place.

A Dharnai, l’électricité a apporté plus que la lumière dans les rues et les maisons. Il suffit de s’asseoir avec l’un des habitants du village pour qu’il raconte à quel point sa vie a changé depuis l’installation des panneaux solaires l’an dernier.

« Maintenant, nous avons la sécurité pour les femmes et l’éducation pour les enfants », explique Kamal Kishoor, autorité morale du village et président du comité de gestion du réseau, « et puis, l’installation des panneaux et du réseau a donné du travail à plus de vingt personnes pendant des mois et a même créé 4 emplois permanents. Pour nous, dans une région où le travail n’existe pas, c’est énorme ». Il est fier de son village aujourd’hui. Fier que deux anciens habitants partis chercher du travail à Patna, la grande ville la plus proche, ont décidé de revenir à Dharnaï.

Dharnaï, un village de renommée nationale

Le village est connu dans tout le pays. Le gouvernement qui jusque-là n’avait pas manifesté une attention particulière au sort des habitants commence à investir dans le coin. A l’entrée du village, juste derrière le bâtiment qui abrite les panneaux solaires et les batteries, les autorités ont débuté le chantier de création d’un entrepôt pour stocker les céréales cultivées à proximité. Sans la publicité occasionnée par le « premier village solaire d’Inde », il y a fort à parier que ce bâtiment n’aurait jamais vu le jour. L’électricité solaire a également permis d’améliorer l’irrigation des champs grâce à l’installation d’une dizaine de pompes solaires.

© Greenpeace / Suman
© Greenpeace / Suman

Une vie sociale qui renaît

La maîtresse de la seule école publique du village est fière de ses élèves. « Maintenant, ils peuvent travailler plus tard le soir. Avant ils n’avaient pas de lumière ou trop peu pour apprendre. Désormais, certains passent plusieurs heures le soir à apprendre leurs leçons. Ça ne change pas tout bien sûr mais on voit déjà le résultat. Ils font plus de dessins aussi », témoigne Sarita Kumari. Les enfants peuvent aussi jouer en toute sécurité dans les rues du village. D’ailleurs, à la nuit tombée, ils se rassemblent sous les lampadaires installés à l’extérieur. Les ronds lumineux deviennent des points de rassemblement pour les enfants et les adultes.
C’est l’ensemble des relations sociales du village qui ont été modifiés par l’arrivée de l’éclairage public. Les habitants se rendent aussi plus facilement à la seule pharmacie. Au-delà de pouvoir acheter les médicaments dont ils ont besoin, les commerces sont devenus des lieux de rencontres et de discussions. On y discute de la vie du village mais aussi de politique et de cricket, le sport national.

© Greenpeance / Suman
© Greenpeance / Suman

Les anciens, ceux qui sont nés à Dharnaï, sont heureux de voir leur village prospérer. Ils sont aussi fiers de participer à leur manière à la lutte contre la pollution de l’air et le dérèglement climatique. Avant ils devaient recourir à des lampes à pétrole ou des générateurs au diesel, très polluants pour eux et l’environnement.

La transition énergétique est déjà une réalité pour les habitants du village. Ils n’ont qu’une envie maintenant, c’est de poursuivre. Ils débordent d’envie et d’idées pour améliorer encore leur bien-être.

« La prochaine étape maintenant c’est une usine de purification de l’eau. Avec ça, nous pourrons dire que nous vivons aussi bien qu’en ville », promet Kamal Kishoor.

Arctique : en mer, près de 7 millions de personnes à la poursuite de Shell

Shell remet le couvert. La compagnie pétrolière a l’intention de retourner cet été en Arctique, au large de l’Alaska, à la recherche de pétrole. Alors que le Président Obama vient tout juste de donner son feu vert pour ces forages, Shell a déjà mis en branle sa flotte pétrolière : en ce moment même, le Noble Discoverer et le Polar Pioneer traversent le Pacifique pour rejoindre l’Arctique.

Mais cette flottille ne voyage pas seule. L’Esperanza, un bateau de Greenpeace, la suit à la trace, avec près de 7 millions de personnes à son bord !

Voir le journal de bord de l’équipage

hot pursuit

Près de 7 millions de Défenseurs de l’Arctique ont signé notre appel pour la création d’une zone naturelle préservée en Arctique. Cette région doit être protégée des prospections pétrolières et de la pêche industrielle. Si ces signataires ne peuvent être présents physiquement sur notre bateau, six membres d’équipage sont à bord pour être leurs yeux et leurs oreilles et faire pression sur Shell.
Vous pouvez prendre de leurs nouvelles sur twitter : #TheCrossing
Et bien sûr suivre en direct les étapes de cette expédition.
La région arctique ne doit pas être livrée à l’appétit féroce des compagnies pétrolières ! Devenez Défenseur de l’Arctique !

La Transition en Actions !

Cette « loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte » (sic) était largement incomplète, en dessous des ambitions affichées et de l’exemplarité française vantée par le chef de l’État pour l’organisation de la conférence internationale pour le Climat de 2015… Mais cette loi marquait tout de même une rupture avec la tradition historique du nucléaire en France. pourtant, cette loi est sortie plus affaiblie encore des discussions au Sénat.

Des citoyens changent le modèle énergétique pour ne pas changer le climat !

Le président de la République, François Hollande, est en déplacement aux Philippines.
Une visite d’État placée – entre autres – sous le signe de l’urgence climatique, les Philippines subissant déjà de plein fouet les conséquences des dérèglements climatiques. François Hollande poursuit son opération séduction environnementale entamée en novembre 2014, en cherchant à affirmer sa stature de « champion du climat » à l’international.

Le Sénat fait de la transition énergétique un objet du passé

Cette « loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte » (sic) était largement incomplète, en dessous des ambitions affichées et de l’exemplarité française vantée par le chef de l’État pour l’organisation de la conférence internationale pour le Climat de 2015… Mais cette loi marquait tout de même une rupture avec la tradition historique du nucléaire en France. Sur ce sujet, lire notre billet : Une loi de transition énergétique pavée de bonnes intentions