Le Japon fête ses un an sans nucléaire

Il y a des anniversaires qu’on aime fêter plus que d’autres. Celui que nous célébrons aujourd’hui a une saveur particulière. Le Japon vient de passer un an sans énergie nucléaire.

Un an sans nucléaire… C’est possible ? Pourrait-on se passer du nucléaire (et d’un nouveau Fukushima) ? Un an sans nucléaire… Une source d’inspiration pour d’autres pays. Une source de panique pour l’industrie nucléaire.

Le nucléaire, une énergie « indispensable »… dont on peut se passer

Il y a un an jour pour jour, le Japon mettait à l’arrêt le dernier réacteur encore en fonctionnement dans le pays (Ohi 4, dans la préfecture de Fukui). Depuis, la totalité du parc du Pays du soleil levant est… endormi. Pour ne pas dire plongé dans un coma profond.

Le Japon est la 3ème puissance économique mondiale. Avec 130 millions d’habitants et 48 réacteurs nucléaires, il est l’un des pays les plus nucléarisés au monde, devancé uniquement par les États-Unis et la France.

Bien que tous ses réacteurs soient à l’arrêt depuis 12 mois, le Japon n’a déploré aucune panne générale d’électricité, ni de baisse de tension. En réalité, si on cumule les temps de mise à l’arrêt des 48 réacteurs, on arrive à 152 ans, soit plus d’un siècle et demi sans production d’électricité nucléaire.

nuke Japan

Sobriété, efficacité et mobilisation citoyenne

Les efforts réalisés par la population en matière d’efficacité énergétique et d’économies d’énergie se sont traduits par une baisse de la demande en électricité équivalant à la production de 13 réacteurs nucléaires. Dans le même temps, les Japonais ont installé des milliers de micro panneaux solaires photovoltaïques (23 000 foyers s’équipent chaque mois). Le solaire photovoltaïque a connu un essor massif et rapide dans le pays : en 2013, le Japon est devenu le 2ème marché national dans le monde, derrière la Chine.

Certes, une nation qui, pendant un demi-siècle, a construit sa politique énergétique sur les combustibles fossiles et le nucléaire ne peut pas, du jour au lendemain, passer au « tout renouvelable » et cesser totalement d’émettre du CO2.

Mais contrairement aux idées reçues, les émissions de CO2 n’ont pas explosé à cause de la mise à l’arrêt des réacteurs nucléaires japonais. C’est-à-dire que la courbe ascendante et insoutenable des émissions a continué à se poursuivre, mais cela n’est pas à mettre sur le compte de l’arrêt du nucléaire. Par exemple, un coup de projecteur montre que l’augmentation était de 8% entre 2010 et 2012, puis de 7% entre 2012 et 2014… À titre de comparaison, la France a vu elle aussi ses émissions augmenter en 2013, malgré ses 58 réacteurs.

Mais les renouvelables sont l’avenir et l’avenir est déjà en marche au Japon, D’ici à 2020, les renouvelables pourraient fournir plus de 40 % de l’électricité du pays, d’après le scénario établi par Greenpeace Japon.

© Jeremy Sutton-Hibbert / Greenpeace
© Jeremy Sutton-Hibbert / Greenpeace

Au Japon, le nucléaire est dans un coma profond depuis un an. Débranchons-le !

Le nucléaire est une industrie qui, depuis des décennies, engloutit l’argent du contribuable au mépris de tout bon sens – économique, environnemental, sécuritaire ou sanitaire.

Au Japon, cette industrie s’est effondrée. Si elle était déjà en déclin au niveau mondial avant Fukushima, l’impact de la catastrophe a accéléré la tendance et dopé la croissance des renouvelables. Dans les sondages, les Japonais se prononcent en majorité contre le redémarrage des réacteurs. Après tout, cela fait un an qu’ils vivent sans électricité nucléaire. Pourquoi risquer une nouvelle catastrophe avec une technologie dépassée, dangereuse et inutile ?

Les efforts du gouvernement conservateur de M. Abe pour remettre le nucléaire rapidement sur les rails ont jusqu’ici échoué. Le redémarrage des deux premiers réacteurs sur la liste (ceux de Sendai, dans la province de Kagoshima) fait face à de nombreux obstacles, notamment à des risques sismiques et volcaniques. Les riverains de Sendai se sont tournés vers la justice pour demander une injonction contre l’exploitant (Kyushu Electric) et le gouvernement, et les empêcher de rouvrir le site nucléaire.

Plutôt que de chercher à tout prix à défendre l’industrie nucléaire, le gouvernement japonais ferait mieux de consacrer son énergie à la gestion de la catastrophe de Fukushima, qui est toujours en cours, et au soutien des centaines de milliers de personne touchées par l’accident. Il devrait aussi impulser une politique énergétique basée sur les renouvelables et l’efficacité énergétique, et préparer des plans de démantèlement des réacteurs nucléaires, qui sont vieux et dont la mise aux normes de sûreté post Fukushima va être hors de prix.

Un an sans nucléaire. Au Japon, le nucléaire, loin de « renaître », tente de survivre. Il est plongé dans un coma profond depuis un an. Le remettre en marche relèverait de l’acharnement thérapeutique. Débranchons-le !

Vos commentaires

Poster un commentaire

61 commentaires pour « Le Japon fête ses un an sans nucléaire »

A la suite de l’accident de Fukushima, la volonté d’arrêter l’exploitation du nucléaire a connu un nouvel essor. Ainsi, 8 des 17 centrales nucléaires allemandes ont été fermées et le gouvernement a décidé la fermeture de toutes les centrales du pays d’ici 2022. La France, maintient le développement de l'énergie nucléaire avec son super EPR à Flamanville. Mais SUPER AREVA nous assure que la technologie EPR 3+ offre le niveau de sûreté le plus avancé, capable de faire face aux événements les plus improbables comme ceux qui se sont produits au Japon. En 1986, Tchernobyl, la France a mis des STOPS aux frontières à la radioactivité.

S'interesser au nucléaire c'est bien, mais quand est-ce que vous allez vous interesser aux méga barrages en Amazonie ???
Vous etes une organisation d'hypocrites qui se disent écolos mais qui ne s'interessent pas au problèmes les plus destructeurs.
Vous aviez par exemple mobilisé tous vos militants pour ceux emprisonnés en Russie, plutot que de lutter contre le gouvernement brésilien qui veut la mort de l'Amazonie.

Depuis quand s’intéresser au nucléaire (ou a son arrêt) empêche de s'intéresser a d'autres causes ? On peut très bien lutter pour plusieurs causes a la fois (et les militants sont souvent engager dans plusieurs actions simultanément. C'est certain qu'on ne peut pas être partout, mais les causes ne s'excluent pas mutuellement....

C'est très encourageant !! Dommage que l'article n'explique pas où ils ont trouvé l'énergie pour remplacer les réacteurs à l'arrêt...

Bonjour, pourriez vous expliquer cette phrase s'il vous plaît? Son sens m'échappe:
"En réalité, si on cumule les temps de mise à l’arrêt des 48 réacteurs, on arrive à 152 ans, soit plus d’un siècle et demi sans production d’électricité nucléaire."

Bien à vous.

Bravo ! Un exemple à suivre, je suis chercheur sur les villes du 3ème millénaire et mon regard est orienté sur le monde ... Cette information est une nouvelle porte pour l'avenir ... Ville durable - énergie naturelle et propre sans déchets !
Merci à vous ...

L’arrêt du nucléaire est une bonne chose, mais où est-ce que le Japon trouve son énergie électrique?
Ils ont réduit leur consommation, très bien c'est très encourageant, mais je pense que la production d'électricité par les panneaux photovoltaïques ne suffit pas à remplacer les centrales.
Et qu'en est-il du LCC de ces panneaux? Ils sont sujet à beaucoup de critique virulentes et bien que convaincu qu'une alternative au nucléaire existe, je ne pense pas que nous l'ayons trouvé dans ces panneaux solaires.

@deflandre l'arrêt complet de toutes les centrales date de 1an mais elle n'ont pas étaient éteintes d'un coup certaines sont a l'arrêt depuis plus longtemps donc le temps d'arrêt de chaque centrale mis bout a bout représente 152 ans.

Hors sujet mais s'il vous plaît, "ses un an" c'est moche :(
On fête l'anniversaire.
Merci

Cet article déforme grossièrement la réalité : oui le Japon se passe de nucléaire depuis un an mais par contre cela ne se fait pas sans mal. Au contraire de ce que l'article veut nous faire croire, le photovoltaïque ne couvre pas le manque de production (bien qu'aillant plus que doublé sa part dans la production d'électricité en quelques années) et reste en dessous de 1% de production. C'est le gaz et le pétrole qui ont augmenté leur part de façon considérable (et le thermique en général passe de 66,7% à 88,2% de 2008 à 2012 ; chiffres : site de l'IEA, rubrique "Statistics") (illustration : http://www.iea.org/stats/WebGraphs/JAPAN5.pdf ).

Les émissions de CO2 ont augmenté : "Comme en France" nous dit l'auteur, "pas à cause de l'abandon du nucléaire". En cherchant un peu plus dans l'étude de PWC citée dans l'article de La Tribune, lui-même en lien dans notre article, on voit que le Japon était à la dernière place en terme de variation de CO2 émis entre 2011 et 2012, mais qu'avant 2011, les émissions de ce pays restent a un niveau plutôt stable. Il y a donc eu une nette évolution ! De plus ces variations ne sont pas du même ordre de grandeur qu'en France (+6,9 % au Japon à comparer à +0,7 % en France).

Bref, un peu décevant de la part de Greenpeace de tenter de manipuler les chiffres .. sans parler des 152 ans sans énergie nucléaire, un joli nombre qui ne veut pas dire grand chose (à comparer à quoi ? je cherche encore ! mais si quelqu'un a une piste ...). Dommage, car s'il y a bien une information positive, c'est celle de la baisse de la consommation.

Pourquoi "ses" un an ?
"sa première année", c'est plus logique (et correct), non ?

Merci Jean Blaze pour ces précisions permettant de remettre cet article à sa juste valeur/vérité.

On aimerait tous y croire mais tout le monde de donne pas le même son de cloche :
http://www.contrepoints.org/2014/04/21/163648-le-japon-dapres-fukushima-prefere-le-charbon-a-lenergie-renouvelable
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/japon-relancer-le-nucleaire-mission-de-la-nouvelle-ministre-de-l-industrie-04-09-2014-4109481.php#xtref=http%3A%2F%2Fl.facebook.com%2Fl.php%3Fu%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.leparisien.fr%252Fflash-actualite-economie%252Fjapon-relancer-le-nucleaire-mission-de-la-nouvelle-ministre-de-l-industrie-04-09-2014-4109481.php%24h%3DvAQEOGh67%24s%3D1
http://www.liberation.fr/economie/2014/09/10/le-japon-pret-a-relancer-deux-centrales-nucleaires_1097803?xtor=rss-450
... et ce ne sont que quelques uns parmi d'autres...

Il y a des erreurs dans cet article.
Depuis quand l'éolien et le photovoltaïque c'est se passer des énergie fossiles ?
Que je sache, se sont tous des dérivés du pétroles pour les fabriquer. Avec un ratio de rendement relativement faible compte tenu de nos technologies actuelles, et un indice carbone qui n'est pas nul.
Le Japon ne se passe pas sans difficulté du nucléaire et les Japonais très disciplinés ont agit pour consommer moins.
Mais je reconnais que les risques de tsunami sur cette partie du globe devrait les dissuader de remettre le nucléaire en action. La France ou l'Allemagne, bien loin de ces contraintes sismiques n'ont aucune raison valable d'abandonner le nucléaire.
Je me demande d'ailleurs dans le ratio qu'est ce qui a été le plus dangereux entre le nucléaire et le pétrole par rapport aux catastrophes écologiques concrètes.

Par quoi est remplacee l electricite nucleaire? Et comme le photovolt ne donne qu 1 kw/m2 ne dites pas que c est lui. Alors centrale thermique?

Je suis entièrement d accord avec l ami de RAONI ,
On ne pense pas assez a ces gens , si courageux et dont on détruit tout leur habitat ,
Ils n embêtent personne , vivent en harmonie avec la nature . Il faut les protéger plus....
Aidons les , faire des pétitions en leur nom , arrêter la coupe des forêts et barrages empoisonnes.

Dommage que l'article soit un "peu" deformé.. On arrête le nucléaire mais on brule à fond du gaz, charbon, pétrole.. energies fossiles..
Pour l'instant, à nos jours, tous les accidents au monde due au pétrole sont pires que celui du Fukushima ... et la partie de l'energie solaire ne fournit à peine qu'un 1 % d'electricité au Japon. Un article un peu trop "exageré" sur les bienfaits des arrêts sans problème du nucléaire.
Pour moi, plus grave que tout cela comme on dit en haut, les barrages en Amazonie, sa déforestation,e tc,e tc...

J'ai aussi du mal à croire que le Japon ait passé sans mal cette première année mais une des réactions m'a fait bondir. Comment peut- on classer les problèmes environnementaux ? Comment peut-on dire que le nucléaire c'est moins grave que ... Quand comprendra-t-on qu'un seul accident nucléaire est une catastrophe ? Nous n'avons pas fini de subir tous les dégâts engendrés par celui de Fukushima notamment les rejets dans l'océan. Quand comprendra-t-on que le nucléaire ce sont des déchets que l'on arrive pas à stocker correctement ? C'est tout simplement ingérable. Les citoyens doivent arrêter de tergiverser tout le temps à ce sujet, pris entre le désir de sécurité et le non-renoncement à leur confort, les gouvernements seraient ainsi obligés de programmer à moyen terme un arrêt définitif du nucléaire, Greenpeace pourrait ainsi militer pleinement pour les indiens d'Amazonie ainsi que pour tous les peuples dont l'environnement est massacré au nom de la rentabilité

Il faut utiliser l'énergie thermique des mers pour avoir de l'électricité propre et renouvelable. .Trop d'intérêts financiers étouffent notre planète.L'homme n'agira que dos au mur ,comme au Japon!

Tout comme Jean Blaze je me demandais pourquoi l'article ne mentionne pas les sources fossiles qui compensent (partiellement) l'arrêt du nucléaire. Et puis, le chiffre des 152 ans ! Dommage pour la qualité de cet article intéressant.

Moins consommer, faire moins d'enfants, je sais ça dérange, comme étaient dérangés les hommes de la caverne dans l'allégorie de Platon en écoutant celui qui leur rapporte ce qu'il sait de l'extérieur. Dissonance cognitive, les hommes n'assument pas les conséquences de leurs choix tyrannisés par les plaisirs régressifs et la méconnaissance des longues chaines causales. On fera des enfants quand on pourra leur assurer raisonnablement un avenir, mais sommes nous raisonnables ?

Les lecteurs militants méritent mieux que cet article peu objectif.
Autre sujet, les barrages construits en Amazonie sur des zones boisées, mal nettoyées génèrent énormément de méthane.

Bonjour,
L'énergie produite par les centrales nucléaires n'est-elle pas en partie stockée (pourcentage ?), et donc en partie consommée après l'arrêt des réacteurs ?

cet arrêt du nucléaire au JAPON EST UN BEL EXEMPLE qui devrait servir à tous les autres pays et en particulier à la France;je demande à Hollande de prendre cette décision

Tout est dit pour justifier l'arrêt des centrales nucléaires : 1) Leur dangerosité, et l'ingérabilité des déchets (leur stockage n'est qu'un pis-aller). 2) La multiplication des ressources énergétiques solaires ou d'origine solaire inépuisables. 3) La sobriété.
Qu'est-ce qu'on attend ?
Daniel Doyen

Greenpeace, vous n'êtes pas sérieux dans cet article. Encore une fois comme ça et je me désabonne de la newletter.

Appréciable GREENPEACE : Attention à cette forme de communication "marketing-publicité" qui se révèle négative (bel exemple avec les "152 ans" sans production d'électricité nucléaire au Japon). Inutile de nous traiter comme des consommateurs débiles, nous ne sommes que des écologistes de cœur. Une pollution peut toujours en cacher une autre, pensez à réfléchir. Amitiés

'j'aurais aimé et apprécié que vous vous soyez plus honnêtes et que vous nous parliez des sources d'énergie fossile qui ont remplacé le nucléaire et de leur empreinte carbonne.
nous ne sommes pas assez naïfs pour penser, comme l'article le laisse entendre ,que le photovoltaïque a suffit! Vos lecteurs sont adultes Green Peace!

Comme toujours, certains commentaires sont excessifs. Les américains sont-ils allés marcher sur la Lune du jour au lendemain ? Non. Ce fut un long et douloureux processus, fait de nombreux échecs, de morts au cours d'un certain nombre d'essais. Il y a eu le début de l'aviation qui a subi également des pertes et qui en subit encore à l'heure actuelle.
Bien sûr que l'abandon total de l'énergie nucléaire et le passage aux énergies renouvelables va se faire de manière progressive, passant par une consommation en hausse, pendant un temps, des énergies fossiles et je suis la première à le regretter. Mais ce n'est que transitoire, et c'est pourquoi TOUS LES PAYS du monde doivent impérativement arrêter le nucléaire qui est le plus destructeur, le plus meurtrier, qui plus est, va refiler la patate chaude à nos descendants pour des dizaines et des dizaines de milliers d'années avec les déchets ultimes qui vont polluer et détruire les sols, les nappes phréatiques, l'air... bref, la planète entière, et cela pendant des dizaines de milliers d'années. Je ne comprends même pas que cette énergie puisse encore peser dans la balance ! Ce qui fait la différence entre les énergies fossiles et le nucléaire, c'est d'abord sa dangerosité en cas d'accident, et que ce dernier va empoisonner les générations à venir pour des dizaines et des dizaines de milliers d'années avec les déchets ultimes, dont on ne sait toujours que faire après 60 ans de recherches.
Quant à ceux qui reprochent à Greenpeace de ne pas s'intéresser à la destruction de l'Amazonie, je suis bien sûre qu'elle le fait par ailleurs, et l'un n'empêche pas l'autre. Les internautes peuvent parfaitement signer plusieurs pétitions à la fois, heureusement !

La plus grande chaîne de supermarché du Japon a lancé la production de moteurs Minato, qui sont conçus avec des aimants. Des producteurs d'énergie libre. Ça y est, on y est dans la transition énergétique...

C'est avant tout des groupes de finance qui gouverne la politique énergétique mondiale. Ces personnes sont totalement déconnectés du mode de vie de chacun d'entre nous. Un des article dit vrai, c'est un accident nucléaire, un seul qui peut remettre très sérieusement le mode de vie de beaucoup de gens, et chose importante il n'est pas clos. Ni celui de Tchernobyl. Concernant le calcul de l’empreinte carbone de la fabrication des éoliennes et panneaux solaire, pourquoi ne pas les comparer avec l'empreinte carbone de la fabrication d'une centrale nucléaire, qui de plus devra être à recycler, travail qui aura une empreinte carbone encore.
Il est tout simplement urgent de trouver une autre solution que le nucléaire.
A propos comment s'est déroulé la rationalisation des consommations électrique au Japon, sans doute un schéma à retenir ?

Tout ça paraît merveilleux , mais je suis d'accord avec certains d'entre vous : les autres énergies sont aussi dévastatrices pour notre planète ! Quand apprendrons-nous à réduire notre débauche de consommation ???? Et comment détruire les centrales nucléaires ?

Les raisons sont nombreuses d'arrêter nos centrales nucléaires (accident comme celui de FUKUSHIMA, que l'ASN reconnaît possible en France, déchets ingérables, augmentation des cancers, etc .. ..).
Il ne faut pas oublier l'utilisation militaire du nucléaire et notamment, tous les morts dus aux armes à l'Uranium Appauvri (UA), ... pas appauvri du tout (très radioactif ..) , qui font des dégâts énormes (durée de vie : 4,5 milliards d'années), que la France, la Grande Bretagne, les USA, la Russie, la chine et la Pakistan fabriquent et vendent ... dans le monde entier.
Et notamment les armes à l'UA utilisés lors de la guerre du golfe, 440 tonnes ont été déversées puis au Kosovo et en Irak , ..; après 2003 des soupçons en Libye, au Mali, ...
Seule la Grande Bretagne et les USA ont reconnus utilisés des armes à l'UA; la France nie ...
En France les installations militaires (stockage de l'UA, sites de fabrication et essais de tirs ...) sont dispensées de la protection de l'environnement (loi du 15/10/1981) ... super non !!!!!

À ce jour, en dehors de certains phénomènes naturels, dont l'origine ne peut pas nous être imputable, la vie sur cette Terre n'est compromise que par nos actes prodigieusement nombrilistes.
Cessons de suivre des schémas imposés par des leaders de pacotilles, avides de toujours plus d'un pouvoir individuel utopique car voué à du très court terme, puisque nous sommes physiquement mortels. La passation de ce pseudo-pouvoir reste donc inévitable, ça laisse de l’espoir.
Que croit-on faire avec le nucléaire, si ce n’est une calamité de plus ? N’en avons-nous pas assez de preuves, d’évidences ? Qu’elles d’horreurs doivent-elles succéder à Tchernobyl et Fukushima pour enfin admettre nos folies ? Prions que les générations futures, si elles parviennent à voir le jour et à survivre un temps, soient plus intelligentes, dotées de sagesse, de rigueur, d’intuition et d’amour. Si à ce jour nous n'avons pas quelque ersatz de ces qualités, cessons de faire des enfants. Ces générations futures auxquelles on ne laisse progressivement que des banques d’images d'un passé chaque jour un peu plus révolu.
Ceux qui ont la sagesse et la clairvoyance (pourtant des logiques simples) dérangent car ils émettent depuis trop longtemps des vérités qui demandent de casser nos sociétés absurdes pour les remodeler. Remettant en cause tous les fondements aberrants sur lesquels elles ne reposent même pas puisqu'elles s'effondrent inexorablement, sombrant dans des chaos plus que prévisibles. Que dire des cités vertes, que l'on veut nous lancer comme une nouveauté ! N'a-t-on plus la capacité salutaire d'un peu d'humilité pour nous remettre en question alors que c'est la nature qui nous a donné tous les modèles, les moyens et outils pour une vie saine et respectueuse, résistant malgré le fait qu'on la piétine sans cesse ? Sans elle nous ne sommes rien. Posez vos regards sur une simple fleurette qui pousse entre deux bordures de béton, écoutez son message vibrant d’espoir, elle veut juste vivre sa vie et ne gêne pas la vôtre, au contraire, elle l’embellie. Cessons sans le moindre discernement, pour le seul bénéfice de quelques-uns et au détriment de tout et tous : d’enterrer nos saloperies, de fabriquer des déchets non recyclables, des produits dans des matériaux dangereux, de construire des barrages, de massacrer des zones humides, des forêts qui ont mis des siècles à en arriver là voyant passer des centaines de nos ancêtres, mais que l’on anéanti en quelques jours avec des molosses d’acier, de démolir des collines pour construire des habitats d’un luxe ostentatoire totalement absurde, d’empoisonner tout et nous-même par ce fait, de réduire les espaces de tout ce qui vit pour favoriser nos déplacements au combien superficiels bien souvent, de piller la vie dans son ensemble, nous allons tous finir dans une prison qui n’aura plus la moindre dorure. Marre de ce futur prohibé, je n’en veux ni pour moi, ni pour les autres, remettons les pieds sur la Terre, mettons aussi fin au nucléaire… d’apprentis-sorciers, au lieu de le promouvoir.

Bonjour
L'article a le mérite de poser la question :
une société développée peut elle se passer du nucléaire ? sans craindre une catastrophe économique : la réponse est oui !!!
Le Japon le fait par obligation ; L'allemagne par choix des citoyens; Nous devrions nous en inspirer sans tomber dans le piège
de recourir aux énergies fossiles pour la remplacer : Le soleil nous alimente de son rayonnement puissant et il représente en énergie bien plus que ce que nous consomons.
La france a été condammé à plusieurs reprises par l'europe à de fortes amendes pour ne pas respecter ses engagements concernant le développement des énergies renouvelables.
Il est tout a fait possible d'augmenter la part de l'énergie renouvelable dans notre consomation quotidienne. Il est également possible de réduire significativement notre consomation ;
Réduction des pertes ; (ampoules LED par ex) Réduction du poid des véhicules (masse non utile) utilisation des ballons d'eau chaude solaire ect ect...
Réduire la consomation des véhicules (ce que font les constructeurs pour respecter les lois sur les émissions polluantes ...) Le moteur à combustion n'a presque pas évolué depuis des décennies...
Tendre à utiliser uniquement les énergies renouvelables devrait être une évidence pour tout citoyen mais comme toute transformation de société cela suppose des contre-parties que l'industrie nucléaire ne fera que contrainte et forcée. L'allemagne en est un bon exemple.
La conversion du modèle "Tout Fossile" ou " Fossile + Nucléaire" à un modèle renouvelable
se fera automatiquement avec la rareté progressive du fossile (et donc l'explosion des coûts)
et pour le nucléaire les accidents seront les plus décisifs car leur impacts sont hexorbitants tant du point de vu santé que du point de vu économique. Il faudrait ré-intégrer dans le prix
du KW/H le coût d'une catastrophe nucléaire et nous nous apercevrions qu'il n'est pas bon marché !!! Nous peinons déjà à inclure le coût de maintenance des centrales en fonctionnement.
Alors oui le nucléaire est dangereux,polluant et il faut l'abandonner sur le long terme et que ceux qui le soutiennent s'autodésignent pour aller remblayer Fukushima ou aillent boire l'eau qui continue à être contaminée par les fuites radioactives.

Le Japon donne l exemple , sobriete , energie naturelle .. il faut arreter tout nucleaire, la vie est impossible avec avec: je suis medecin et en contact etroit avec la science.

Je suis horriblement déçue par cet article qui ne donne qu'une information partielle. Greenpeace nous prendrait-il pour des idiots??? Les efforts en consommation des japonnais et le développement du photovoltaïque ne peuvent couvrir les besoins en électricité du pays et l'article ne donne aucune information sur la provenance du reste de l'électricité nécessaire.
Greenpeace, faites relire vos articles avant de les publier!!! Et merci de donner à vos adhérents une information complète et honnête.

Il y a plein de bonnes raisons d'arrêter le nucléaire, mais ce n'est pas avec ce genre d'article racoleur et orienté qu'on peut faire avancer les choses. Ca en met un coup à l'image que je me faisais de votre Organisation. Au point que j'ai hésité à annuler ma cotisation. Si ça se répète je le ferai. J'attends de vous une certaine objectivité, et même de la sincérité.

J'ai toujours affirmé que GREENPEACE préférait le CO2 au nucléaire mais ne le dis pas. Voilà une belle tromperie et le vrai visage de cette assaciation.

Merci Greenpeace pour l'information des 1 an, cependant il n'est pas vraiment correct de votre part d'une de nous prendre pour des idiots; pondre des articles "publicitaire" racoleur, n'est pas ce que j attends de cette organisation, ce n'est pas pour cela que je cotise... je crois que je ne suis pas la seule... il faut être honnête avec nous ne pas rajouter de fioritures, nous ne sommes pas a convaincre. Du reste merci et bon courage pour la suite.

Tout ce débat est très intéressant, très instructif. Je crois que le problème est vaste dans la variété des questions qu'il pose. On parle trop peu de la notion d'énergie grise : celle qui prend en compte le coût environnemental d'un produit, depuis son élaboration et sa construction jusqu'à sa destruction complète. Le problème du CO2 n'est donc pas que celui du dégagement lié à la seule utilisation du produit. Partant de là, on commence à frémir lorsqu'on évalue le coût global (énergie grise) des panneaux photovoltaïques, des véhicules hybrides (coût global d'une batterie au Lithium...?), etc.
Je crois que les questions que nous nous posons sont décalées de la réalité de l'évolution. La production d'électricité a révolutionné la vie quotidienne des humains, et de là, la soif de confort n'a cessé d'augmenter, générée en partie par la publicité au service du profit. Notre société fonctionne sur le profit, et non sur l'utile à l'humain. Tant que la spéculation dominera la finance, nous continuerons de marcher sur la tête, à moins que Dame nature nous rappelle à l'ordre...?
Posons-nous la question, face au problème de la production d'électricité : en quoi est-ce un signe d'intelligence d'allumer la lumière et vouloir que la nuit ressemble au jour...?!?
Je crains, sans être défaitiste, que Dame nature ne nous laisse pas un long délai supplémentaire de réflexion.
Je ne doute pas que la majorité des humains soient prêts à opérer des changements importants, mais les quelques uns qui décident n'en sont pas là...!

Vu le peu d'objectivité de cet article, il ne peu convaicre que des convaincus d'avance ou des gens crédules. Beaucoup trop de contre-vérités réaffirmées n'en font pas pour autant des vérités.

Arrêtons de dire n'importe quoi sur la France en matière d'émissions de CO2. Celle-ci reste un modèle dans le monde grâce à son nucléaire qui lui fournit plus de 84 % de son électricité. La consommation accrue de charbon vient de la mise en concurrence des prix de l'électricité. Parlons aussi des émissions décentralisées dues aux panneaux photvoltaïques très émetteurs au moment de leur fabrication.

Un manque cruel d'objectivité dans cet article, proche de la désinformation, c'est vraiment dommage! Cerner l'ampleur des défis énergétiques nécessite un regards sur tout les pans du sujet.
Je te suis extrêmement reconnaissant pour tout les combats capitaux que tu mènes, mais s'il te plait Greenpeace, écrits des articles à la hauteurs des enjeux !

bonne anniversaire japon

bonne anniversaire

Happy Birthday to the non-nuke Nippon !! Un an sans atomes déconfits, sans mox d'areva qui sillonne les océans, c'est déjà un soulagement! même si certains rêveraient d'une transition sans soucis et directe, le pétrole et le gaz voir le charbon vont continuer à sévir, aussi dans la fabrication des solutions. Mais c'est sans compter sur les vrais acteurs : les japonnais agissent massivement au moins et se battent pour l'arrêt définitif. Demandez vous : si vous étiez proche d'une centrale, n'agiriez vous pas pour : 1- plus de sobriété 2- plus d'efficacité 3- des investissements pour d'autres sources et économies d'énergie 4 - pour que le gouvernement vous protège vous, par des mesures et des équipements concrets et fiables, plutôt que la mafia militaire du nucléaire? Est-ce le lobby du nucléaire avec sa masse de propagande et la peur de la bombe (et les pseudo bienfaits de la dissuasion ) depuis sa création qui vous freine à agir? Ces gens là ne diront jamais tout, cacheront la vérité le plus longtemps possible, feront tout pour discréditer les alternatives, garderont les brevets des solutions dans leur coffres! Sauf qu'a une ère mondiale et connectée, les individus ont plus de degrés de liberté, de leviers qu'avant, il me semble. Quant à l'article il est un tant soit peu vite écrit et "embaumant" sur cet anniversaire, mais à aucun moment il est écrit que les japonnais ont sû pallier à l'approvisionnement par le photovoltaïque (1 ou 2 réacteur en moins, la sobriété elle en arrête 13) mais qu'il est en progression. pour le japon, comme le préconise Greenpeace, c'est un ensemble de solutions de renouvelable et d'isolation et d'économies - les nouvelles turbines marémotrices sont, entres autres sources, aujourd'hui up-to-date pour un tel archipel par exemple. La phrase du calcul du temps total d'arrêt de 48 réacteur sur leur durée de vie jusqu'ici prête à confusion et est en effet superflue (152 ans d'arrêt depuis le début de leur marche). Quant aux gravissimes tensions en Amazonie mais aussi autres états que le Brésil , dans le bassin du Congo, en Indonésie, etc.. je rapelle que Greenpeace est présent et actif depuis le début pour la sauvegarde des forêts primaires de notre belle sphère vivante!

ps : @ Cocheline : Oui le CO2 est temporairement un mal moindre que l'Uranium et les tonnes d'eau vaporisées par les tours de refroidissement des centrales.
@ Daniel : 82 dangers potentiels des centrales françaises c'est un modèle? pour qui? le pentagone? et les mines subséquentes d'uranium, un modèle? et les sites d'enfouissements obscurs et douteux, un modèle? et les trains qui convoient les déchets... aii caramba!
Il y a eu un grand âge d'or 'de Gaulien' du nucléaire quand il s'agissait de se niveller entre US et URSS, j'en convient...mais le cri du coq n’atteindra jamais celui de l'aigle! Et les essais dans le pacifique? combien de populations expulsées, combien d'atolls défigurés? la france-au à laissé a des marchands d'armes un paquet d'energie non-maîtrisée dont le tic-tac aussi lourd que les nombres atomiques concernés dépasse désormais l'état et qui est pire qu'a retardement, ils jouent les prolongations à l'échelle de plusieurs vies!

Bonsoir, je suis d'accord avec plusieurs commentaires, cet article n'est ni objectif ni complet, il mériterait d'être revu ou retiré. Personne ne peut penser arrêter la puissance nucléaire sans sérieuse conséquence d'approvisionnement que le renouvelable ne peut palier instantanément. Cette rédaction me conduit également à me retirer de la newsletter.

Bien entendu cet article nous fait croire que l'on peut se passer de la fée électricité; doux réveurs réveillers vous!!! la seule solution c'est "d'économiser l'énergie" à tous les niveaux. Bien mal partie, il y a qu'à voir rien que l'éclairage inutile dans les villes...toutes les ressources fournissant cet énergie sont et seront consommées dans le temps (uranium maxi 40 ans).Pourquoi continuer dans une solution qui va disparaître? Il faut développer au maximum l'exploitation de toutes les énergies naturelles, c'est l'avenir, créatrice d'emploi...

Ce que je retiens c'est la baisse significative de la demande en électricité des Japonais. Sur ce plan la on pourrait sans attendre, chacun de nous, essayer des les imiter, les pros comme les anti de tous bords.
Je rejoins beaucoup de commentaires avec l'histoire incompréhensible des 152 ans et du "trou noir" sur les énergies de substitution au nucléaire qui c'est dommage décrédibilisent cet excellent article.

Il est regrettable que l'article publié soit sujet à critique. L'argument obscur des 152 ans sans nucléaire est effectivement illusoire même si on sait l'interpréter. Bien entendu les autres énergies fossiles sont venues à la rescousse pour les japonais. Bravo tout de même pour ce peuple qui sait se mobiliser et envisager un changement d'attitude face au nucléaire.
Je suis ingénieur et ai, hélas, travaillé pour le démarrage de la première centrale nucléaire française à eau pressurisée il y a plus de quarante ans. Certes, on a peur de l'accident mais on élude le problème des déchets des centrales qui s'accumulent et prolifèrent dans le monde. Leur gestion coûte en permanence et je suis navré de dire à mes petits enfants qu'ils devront travailler pour gérer les ordures dangereuses de leurs grands parents et ainsi de suite pour des siècles. Si on faisait figurer sur les feuilles d'imposition la contribution pour la gestion des déchets nucléaire la cote de cette industrie baisserait. Que dirions-nous s'il fallait payer aujourd'hui une taxe pour gérer la fosse septique de Louis XIV ? Autrement dit aucune centrale ne sera jamais amortie économiquement même fermée, puisque son coût total augmentera au fil des siècles. Les décideurs du nucléaire n'ont jamais fait de calcul d'amortissement en raison de l'absence de solution concernant les déchets et le démantèlement. Quant à l'indépendance énergétique elle est fallacieuse car l'industrie nucléaire a besoin d'uranium , de béryllium et de zirconium, minerais en quantité limitée et fournis essentiellement par les pays africains.
Puisse les japonais montrer au monde leur détermination à sortir du nucléaire, énergie non viable à long terme!

bravo et merci
agissons sans relache contre le nucleaire militaire et civil
merci
Jean
Jeanne Marie
France

Dans la pratique, moins de nucléaire, c'est plus d'énergie fossile consommée. Vérifiez ! Cest partout la règle et les énergies vertes n'y changeront rien.

En réponse à ZADA, moins d'énergie nucléaire, ce n'est pas forcément plus d'énergie fossiles consommées, même si actuellement ça risque bien d'être à peu près le cas. Mais on pourait ( on sait ... ) mettre les bouchées doubles pour économiser l'énergie . Encore faut-il le faire, et se creuser tous la cervelle pour y arriver vraiment!
Des scientifiques font des recherches. Encore faut-il qu'ils soient indépendants de tout lobby.
Par exemple, l'énergie hydroélectrique n'est pas une énergie fossile; mais là encore, il faut s'occuper de l'impact sur la vie aquatique et alentours. Et il y a l'énergie pour construire les barrages. Etc ... .
De toute façon, quoiqu'on fasse, avec la puissance technique dont l'humain dispose il faut absolument tenir compte des impacts. A nous d'inventer de nouvelles façons de faire et de ... vivre!

Bravo au commentaire de Papy Jean.
Et en plus,cela est rassurant que des personnes qui ont travaillé dans le nucléaire disent parfois clairement toutes les contre-vérités qui ont été assénées sur le soit-disant dieu nucléaire depuis plus de 50 ans.
Je pense qu'en général, on croit trop que le progrès technique peut venir un jour ou l'autre à bout de tout. Les déchets nucléaires? On trouvera peut-être une solution à peu près satisfaisante dans quelques dizaines d'années, ou dans quelques centaines d'années, ... ou absolument jamais ... .
L'homme n'est pas tout puissant, même avec sa technique. Ou surtout avec, puisqu'il est capable de mettre sur pied, de façon absurde, par exemple, une énergie ( nucléaire ) dont il ne maîtrise ni les déchets,, ni les accidents graves ou catastrophes, si dangereux et contaminants, si polluants à très long terme.

"Energies vertes" pas si vertes que ça d'ailleurs : mauvais bilan carbone, faible facteur de charge, subventionnement élevé, empreinte écologique forte, et non pilotables.

C'est sans compter (hors hydraulique) le prix du KWh de rachat (0,9 à 60 cts comparé au prix de marché : 0,45 cts soit 2 à 13 fois), sans compter le coût du recyclage au MWh, le coût de la compensation de l'intermittence (centrales à flamme de back up fonctionnant aux énergies fossiles donc émissions de CO2), sans compter le renforcement du réseau au niveau des pics de productions, et sans compter le coût de la stabilisation et la sécurisation du réseau à corriger, La solution n'est pas simple. Il ne suffit pas de se déclarer contre le nucléaire et ses dangers et ne rien proposer de bien sérieux à la hauteur dês enjeux.

Rectificatif : Tarif de rachat de l'électricité renouvelable de 9 à 60 cts le KWh ( prix de marché de l'électricité : 4,5 cts le KWh). C'est le consommateur, par le biais de la C.S.P.E qui paie la différence : 6 milliards d'euros par an.

Je suis contente de voir que tout le monde est d'accord pour que la vie sous toutes ses formes soit enfin respectée et même honorée. C'est très encourageant pour envisager positivement une forme différente à l'organisation du monde. Tous, nous disons OUI à l'arrêt des pollutions irrémédiables telles que le nucléaire (ou les ogm). Pourquoi nous disputons-nous ? Avouez que nous sommes de drôles de zigotos, non ? Retenons que nous sommes des centaines de milliers à vouloir un monde plus sain et serrons-nous les coudes. Faisons de nos différences notre force.
Ça serait bien !

Victoire de courte de durée...La province de Kagoshima va de nouveau voir la production d'origine nucléaire être prochainement remise à l'ordre du jour...(Cf article" Sud -Ouest "du 8/11/2014)

Vivre sans nucléaire ok! Mais où le Japon as t-il trouvé son énergie pendant un an???? Cela m'échappe...

Donnez votre avis

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par :
- le blocage du posteur
- l'effacement des commentaires incriminés

Voir nos conditions d'utilisation

Tous les champs sont obligatoires.

Votre nom sera affiché sur le site, visible de tous et donc indexable par les sites de recherche type Google. Veuillez utiliser un pseudonyme si vous ne voulez pas que votre identité soit visible et se retrouve sur d'autres sites.
Elle ne sert qu'à des fins d'administration et ne sera pas publiée sur le site.
Pour lutter contre le spam publicitaire, de nombreux mots sont interdits dans les commentaires. Si ces mots sont présents, votre commentaire sera automatiquement rejeté ou mis en fil d'attente de modération.
De plus, nous n'acceptons que 3 adresses web (URL) au maximum dans les commentaires.

Si votre commentaire est bloqué, il n'apparaîtra pas.
Merci de patienter pour que celui-ci soit mis en ligne.
Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.